Femu a Corsica
Venari u 27 di Nuvembre 2015

U FILU DI A STORIA


U FILU DI A STORIA
Femu a Corsica a été fondé en 2010 pour répondre à des enjeux toujours plus saillants mais aussi, et surtout, à des ambitions toujours plus grandes pour l’avenir de notre terre et de notre peuple.

Femu a Corsica a fait un choix clair : celui de demeurer dans le fil historique du nationalisme corse, de s’inscrire dans la continuité de ceux qui ont sacrifié jusqu’à leur vie pour offrir à la Corse un avenir de dignité, de liberté. Et, dans le même temps, d’affirmer que seule l’action publique et démocratique garantit la réussite des dynamiques de rassemblement, d’ouverture et de projet.

Le peuple corse a immédiatement répondu que ce choix correspondait à une large attente. Pour sa première candidature, aux élections territoriales de 2010, Femu a Corsica a réuni près de 26% des suffrages exprimés.

Nos onze élus ont pris la mesure de leurs nouvelles responsabilités, et de la confiance qui leur a été témoignée. Ils ont conjugué une implication totale et constructive dans chaque dossier qui leur était soumis, avec une opposition franche et déterminée aux inconséquences et dérives de la majorité territoriale.

Nous sommes certes satisfaits de notre bilan… oramai ùn ne simu più quì. C’est une autre aspiration qui nous guide : l’aspiration à exercer des responsabilités au service de la Corse, pour la rendre plus juste, plus prospère et plus solidaire. È bisognu c’hè !
Ayons conscience de ce qu’est notre société aujourd’hui. Tous les jours, une entreprise dépose son bilan. Le taux de pauvreté y est supérieur à 20%. En un an, le chômage a augmenté de plus de 12 %, près de deux fois plus vite qu’en France.  Mais peut-être surtout… quels emplois et quelles perspectives sont proposés à notre peuple, et particulièrement à notre jeunesse ? Poser la question, c’est déjà y répondre. U riacquistu ecunomicu è suciale que nous voulons promouvoir est un véritable chemin d’avenir, le chemin d’une économie de création, de production, qui génère de nombreux emplois qualifiés et normalement rétribués.

Ayons aussi conscience de la responsabilité écrasante de ceux qui ont dirigé la Corse jusqu’à aujourd’hui : l’État et les clans. Qui nous a laissé durant un siècle et demi à l’écart de tout développement agricole et industriel, facilitant par là même un exil massif de notre peuple ? Qui a imaginé ensuite que notre bonheur dépendrait de l’arrivée massive d’investisseurs n’ayant que faire de nous, de notre terre et de notre culture ? Qui méprise les revendications légitimes de notre peuple depuis des décennies, et méprise aujourd’hui les délibérations de l’Assemblée de Corse ? Qui considère le pouvoir comme sa propriété, en profite et en fait profiter ses affidés, plutôt que de rechercher l’équité, la solidarité et l’efficacité ?

Changer sera difficile, mais changer est impératif. Femu a Corsica est prêt à incarner le changement. Changement dans les valeurs, changement dans les pratiques, changement dans les résultats obtenus.
Simu una nazione in mossa chì vole custrui u so avvene da per ella. Les choix dictés par l’État et les partis politiques parisiens ont assez duré. Les réseaux claniques, qui sont fondés sur l’abus de faiblesse, le clientélisme et la corruption, doivent faire place à des fonctionnements démocratiques, à la transparence et à la concertation permanente.
Il s’agira d’une mandature courte, où la mise en place de la collectivité unique sera centrale, où la faiblesse des moyens engendrée par les difficultés financières de la CTC pèsera. Mais cette mandature sera décisive à bien d’autres égards.
L’enjeu est clair : continuons-nous dans l’impasse politique et économique actuelle ? Ou initions-nous une dynamique nouvelle ? Notre choix est fait, et nous saurons l’assumer, avec vous.

Aiò ch’hè ora !
 

EXERCER LES RESPONSABILITES AU SERVICE DE LA CORSE
 
Car’amica, Car’amicu,

Les élections territoriales des 6 et 13 Décembre prochains sont décisives. Elles  doivent permettre l’émergence d’une majorité alternative, au service exclusif de l’intérêt général.
 Femu a Corsica a vocation à être la force motrice de ce profond changement.
Ce changement, nous proposons aux Corses de le construire autour de trois piliers indissociables :

-Les revendications fondamentales du peuple corse : per a ricunniscenza di u populu corsu

Des générations de femmes et d’hommes ont mené, depuis des décennies, un combat quotidien pour la reconnaissance du peuple corse et de ses droits, pour la moralisation de la vie publique et la construction d’une société démocratique et émancipée.
Ces idées, hier portées par les seuls nationalistes, sont aujourd’hui partagées par une large majorité de notre communauté. Elles ont imprégné l’ensemble du débat public, jusqu’à donner lieu, pour plusieurs d’entre elles, à des délibérations capitales de l’Assemblée de Corse : votes sur la coofficialité de la langue corse, la politique foncière et le statut de résident, le statut fiscal dérogatoire et l’arrêté Miot, l’inscription de la Corse dans la Constitution, la question du rapprochement et de l’amnistie des prisonniers politiques…
Il faut aujourd’hui obtenir de l’Etat qu’il tienne compte de ces votes acquis à une large majorité, parfois même à l’unanimité, en ouvrant un processus global de dialogue et de solution politique.
Femu a Corsica s’engage à faire de ce premier pilier une priorité absolue.
 
-La construction d’une véritable démocratie : a demucrazia, puntellu maiò di a nostra sucetà

Les attentats de Paris ont souligné que la démocratie, partout dans le monde, doit être défendue contre la barbarie et le fanatisme.
Femu a Corsica défend un modèle de société fondé sur les valeurs d’humanisme, de justice sociale, de rejet des communautarismes et de tous les intégrismes.
La démocratie est aussi une construction quotidienne, qui doit se traduire par des pratiques politiques et sociales fondées sur la transparence, l’équité et la solidarité.
En Corse, depuis des décennies, c’est trop souvent l’inverse qui prévaut : chantage à l’emploi, au logement, aux subventions et aides publiques, pressions sur les personnels, clientélisme.
Femu a Corsica s’engage là encore à placer la démocratie réelle au cœur de ses fonctionnements et de chacun de ses choix, dans tous les domaines de la vie publique (marchés publics, vie des administrations et des institutions, recrutements, relations avec la société civile…).
 
-U Riacquistu economicu è suciale

 
Les Corses sont en proie, au quotidien, à d’innombrables difficultés : chômage structurel, précarité, difficultés d’accès au foncier et au logement, baisse continue du pouvoir d’achat, fractures sociales et territoriales, difficultés des entreprises, recul de l’agriculture, perspectives incertaines pour la jeunesse…
L’un des premiers devoirs des responsables politiques est de prendre l’exacte mesure de cette situation et de mobiliser toutes les énergies au service d’un véritable développement économique et social.
Ce nouveau Riacquistu, après celui intervenu dans les années 1970 en matière de langue et de culture, est littéralement indispensable : il ne peut y avoir d’émancipation politique sans émancipation économique et sociale.
Il passe par la maîtrise de nos secteurs stratégiques (énergie, eau, transports, infrastructures, déchets…).
Il repose sur un modèle de développement diversifié et équilibré, en rupture avec les logiques de rente et de dépendance, qui ont caractérisé notre économie pendant des décennies et conduit à l’échec actuel.
Il implique des mécanismes de justice et de solidarité, rompant avec les systèmes qui ont renforcé l’assistance et l’exclusion.
Ensemble, nous devons construire une Corse capable de produire, d’investir, d’innover, de générer de nouveaux équilibres territoriaux et sociaux : l’agriculture de production, l’économie de la connaissance, nos PME et TPE, l’éco-développement, le numérique, les énergies renouvelables, l’économie sociale et solidaire, la formation, la coopération euro-méditerranéenne, le tourisme durable sont, parmi d’autres, des leviers de croissance et de cohésion sociale qu’il importe de concilier dans le cadre d’une stratégie globale.
Femu a Corsica s’engage, là aussi, à concrétiser, dès les premiers mois de la mandature, ces orientations nouvelles.
 
Tous les jours, dans nos villes et villages, dans l’île comme au sein de la diaspora, une puissante volonté de changement se manifeste, de la part de Corses de tous horizons.

Cette attente nous confère une responsabilité majeure.
Un chemin existe aujourd’hui pour construire un pays émancipé, apaisé et rassemblé.

Femu a Corsica entend être à la hauteur de cette attente et de ces enjeux.
Il revient désormais à chaque Corse, en son âme et conscience, de se déterminer.
I 6 è 13 di dicembre, supitu à u 1mu giru di scrutinu, vutate è fate vutà : FEMU A CORSICA !
 
AIÒ CH’È ORA !
Femu a Corsica


Dans la même rubrique :
< >

Màrcuri u 16 di Dicembre 2015 - 12:09 COMMUNIQUE PÈ A CORSICA

Màrcuri u 9 di Dicembre 2015 - 09:50 Presentazione di a lista « Pè a Corsica »

Cantunale | Assemblea di Corsica | Cantunale 2011 | Assemblea di Corsica : Quistione à bocca | L'eletti | Assemblea di Corsica : Muzione | A lèttera | Elezzione | Attualità | Istituzioni | Législatives 2012 | Présidentielles françaises | Municipales Aiacciu 2015 | TARRITURIALI DI 2015 | U Filu di a Storia | Custruì una sucietà libera | Inizià u Riacquistu Ecunomicu | Elezzione legislative 2017