Femu a Corsica
Luni u 22 di Sittembre 2014

Question orale relative à la bactérie Xylella Fastidiosa

QUISTIONE A BOCCA POSTA DA U GRUPPU FEMU A CORSICA DI
SAVERIU LUCIANI è AGNES SIMONPIETRI


O Sgiò Presidente,
 
U 26 di nuvembre scorsu,  l’Auturità Auropea di Securità Sanitaria di l’Alimentazione (EFSA)  lampava un’alerta ammentendu  a presenza di u batteriu  Xylella fastidiosa in a regione di  Lecce, in a Puglia, in u meziornu di l’talia, in una zona agricula di 8000 ettari, primu locu induv’ella s’inceppava in Auropa a famosa « malatia di Pierce ».
 
Da e vigne di California – fine di l’annate ottanta -, induve eranu stati messi guasi 12 milioni di dollari in a ricerca è u sperimentu, passendu per u Brasile, stu batteriu s’hè arradicatu annu in Italia suttana, in una regione induve a filiera oleicula hà persu 53 milioni d’euri in lu 2013.
 
Oghje ghjornu si sà ch’ella pò attaccà circa 200 spezie vegetale, cultivate o salvatiche, per indettu a vigna, l’alivu, e lecce, i quarci, e suare, l’amanduli, l’agrume, a luserna, unepoche di piante urtulane o urnamentale.
 
Sapemu dinù ch’ella si pò trasmette per u più cù insetti vettori è soprattuttu ch’ellu ùn eiste per avà nisun’ trattamentu, for’ di sdradichera è destruzzione di l’elementi cuntaminati.
 
Malgradu misure di cunfinamentu nant’à una zona di 30000 ettari, e pipinere lucale fermanu aperte è a spurtazione di i vegetali, forse cuntaminati, cuntinueghja à a bella megliu.
 
Malgradu a decisione d’esucuzione di a Cummissione Auropea di stu 23 di lugliu di u 2014, è riguardu à misure pigliate per impedisce l’intruduzzione è a prupagazione in l’Unione di u batteriu  Xylella fastidiosa (2014/497/UE), ùn si passa nunda sin’à a creazione, à iniziativa nostra, di u « Cullettivu xylella fastidiosa », u 18 d’aostu scorsu à A Riventosa.
 
Dipoi tandu, u Cullettivu hà multiplicatu e reunione d’infurmazione, interpellatu u Statu (Prefettu, Direzzione di l’Agricultura), e camere d’agricultura è l’Esecutivu di a  Cullettività Territuriale.
 
Ultimamente  hà scontru u Presidente di l’ODARC, u quale hà purtatu sustegnu à a so dumanda d’interdisce l’entrata in Corsica di piante vegetale, aghjustendu ch’ellu avia scrittu in stu sensu à i Ministri di l’Agricultura  è di l’Ambiente.
 
À sti punti, ci inchietemu in veru di u lasciacorre di i servizii di u Statu, in a gestione di stu cartulare, postu ch’ellu ne hà sempre a cumpetenza sclusiva,  A so pusizione, sposta in una reunione tecnica u 3 di settembre in Corti, poi à u  CROPSAV di u 19 di settembre scorsu, ci arreca penseri maiò, aldilà  di e mancanze umane è finanziarie, chì u peghju ùn ci pare ancu à ghjunghje.
 
Hè bugiardu quand’ellu pratende chì u passaportu fittosanitariu auropeu, à sente dì fattu per garantisce l’assenza di malatie o di parasiti  nant’à i vegetali circulendu in Auropa, basta da prutege l’isula nostra.
 
Ci serà bisognu di dì ciò ch’ella hà custatu à a Corsica sti pochi anni ? L’azzione di u Statu – turnemu à ramentà quì ch’ella ferma soia a cumpetenza per ciò chì tocca a prutezzione di i vegetali – ùn hà mai pussutu parà malatie o parasiti. Basta à ricurdà e passate di u cinipice di u castagnu, di u capricornu asiaticu, di u pinzachju di u palmu o ancu puru di a frebba catarale.
 
In stu filu sempre di prevenimentu, FEMU A CORSICA avia digià parlatu quì di a questione di a filiera di pruduzzione di piante lucale, da suddisfà a dumanda isulana, sapendu bè ch’elli ci sò pruduttori corsi di piante, sia per a furesta, l’agricultura o altri duminii, vogliu vene à dì per indettu a pipinera territuriale di Castellucciu.  
 
Fin’ di contu,  riguardu à a debbulezza di i mezi di i servizii di u Statu, ci pare più chè chjara chì, s’ellu tocca a Corsica stu batteriu, ci seranu cunsequenze dramatiche per l’ecunumia, vale à dì a sparizione di parechji settori di a nostra agricultura è perfine danni tremendi per l’ecusistema.
 
Or si sà dinù chì, cum’è pocu fà, a Cullettività Territuriale di Corsica serà ubligata di piglià in contu tutte e cunsequenze finanziarie, vistu l’assenza di misure addatte è specifiche ch’ùn sò state pigliate à tempu o capunanzu, da quand’ella hè stata annunziata a crisi chì tocca per avà solu l’Italia.
 
O Sgiò Presidente, stamane vi dumandemu di risponde in prima à l’inchietudine di i pruduttori di tutte e filiere (oleicultura, viticultura, agrumicultura, apicultura, castaneicultura è d’altre dinù), è, aldilà di l’agricultura, à quella di i corsi, di pettu à u so ambiente minacciatu una volta di più :
 
  • Cù u Cullettivu, dumandemu à titulu cunservatoriu ch’ella sia suspesa l’entrata in Corsica di piante vegetale. Site prontu à sustene sta dumanda è di fà  sapè di modu ufficiale à u Statu ch’ella hè a vulunta di noi altri tutti d’impedisce à tutti pati ch’ellu ghjunghi quì u batteriu ?
 
  • Aspettendu a messa in ballu di sta misura, site prontu à dumandà à i Ministri di l’Agricultura è di l’Ambiente d’afferrà a Cummissione Auropea da pudè ottene in urgenza un portu solu per l’impurtazione di e piante, cù locu di cunfinamentu tempurariu è di cuntrollu, prima ch’ella capeti a derugazione di a Cummissione Auropea ?
 
  • Perfine, o Sgiò Presidente, site dinù prontu per afferrà, cù mezi apprupriati, l’altre isule di u Mediterraniu, da aprruntà un Pianu cumunu di prevenimentu è d’azzione cù l’Auropa ?

Traduzzione

Le 26 novembre 2013, l’Autorité européenne de sécurité sanitaire des aliments (EFSA)  émettait une alerte signalant la présence  de la bactérie Xylella fastidiosa dans la région de Lecce (Puglie, Italie) sur une zone agricole de 8 000 ha ; il s’agissait du premier foyer en Europe de la  maladie de Pierce.
Des vignes de Californie - fin des années 80 -, où 12 millions de dollars ont été investis dans la recherche et l’expérimentation, en passant par le Brésil, cette bactérie est aujourd’hui implantée dans  le sud est de l’Italie, dans une région où la filière oléicole  a enregistré   des pertes de 53 millions d’€  en 2013.
Nous savons désormais qu’elle peut contaminer près de 200 espèces végétales, cultivées ou sauvages, dont la vigne, l’olivier, le chêne, les amandiers, les agrumes, certaines plantes fourragères, maraîchères, ou plantes ornementales.
Nous savons aussi qu’elle se transmet essentiellement par le biais d’insectes vecteurs et surtout qu’il n’existe aucun traitement, si ce n’est l’arrachage et la destruction des plants contaminés.
Malgré des mesures de confinement sur une zone de 30 000 hectares, les pépinières restent ouvertes et l’exportation de végétaux potentiellement contaminés continue.

Malgré la décision d’exécution de la Commission européenne du 23 juillet 2014 concernant des mesures visant à empêcher l'introduction et la propagation dans l'Union de Xylella fastidiosa (2014/497/UE), rien ne se passe jusqu’à la création, à notre initiative,  du collectif xylella fastidiosa le 18 aout dernier à Riventosa.
Depuis, le   collectif a multiplié les réunions d’information, interpellé l’Etat, DRAF et Préfet, les Chambres d’Agriculture et la Collectivité Territoriale, notamment son Exécutif .
Dernièrement, il a  rencontré le Président de l’ODARC qui lui a signifié son soutien à la demande d’interdiction d’entrée des plants végétaux, et écrit dans ce sens au Ministre de l’Agriculture et à la Ministre de l’Environnement.
A ce stade, nous nous inquiétons du laxisme des services de l’Etat, dont c’est la compétence exclusive, dans la gestion de ce dossier ; sa position, exprimée lors d’une réunion technique le 3 septembre à Corti, puis lors du CROPSAV du 19 septembre 2014 au-delà des insuffisances en termes de moyens humains et financiers, nous fait craindre le pire :  il persiste dans son « mensonge de santé » , estimant, à tort ,que le Passeport phytosanitaire européen, censé garantir l’absence de maladies ou de parasites sur les végétaux circulants en Europe, suffit à protéger notre île.
Or, la Corse a payé un lourd tribut dans un passé récent ; l’action de Etat, dont nous rappelons qu’il a la compétence en matière de protection des végétaux, n’a jamais empêché l’arrivée de maladies ou parasites, il suffit de se remémorer les épisodes du  Cynips du châtaignier, du Capricorne asiatique, du Charançon du palmier ou de la fièvre catarrhale.
Dans un  souci de prévention, FEMU A CORSICA avait déjà évoqué dans cette enceinte la question de la filière de production   de plants locaux propre à  satisfaire la demande insulaire, sachant qu’il existe déjà des producteurs locaux de plants forestiers, agricoles, maraichers et ornementaux, dont la Pépinière territoriale de Castellucciu.  
 
En définitive, aux regards de la faiblesse des moyens des services de l’état, il est clair que si cette bactérie touche la Corse, elle entrainera la disparition de pans entiers de notre agriculture, des conséquences dramatiques pour l’économie, et un bouleversement de notre écosystème.
Et nous savons que, comme par le passé, la Collectivité Territoriale de Corse devra assumer les conséquences financières de l’absence de mesures adaptées et spécifiques en amont d’une crise annoncée depuis maintenant près d’une année.
 
Monsieur le Président, nous vous demandons ce matin de répondre en premier lieu à l’inquiétude des producteurs de toutes les filières (oléiculture, viticulture, apiculture, castanéiculture notamment), et, au-delà de l’agriculture, à celle des Corses soucieux de leur environnement :
 
-         Avec le Collectif, nous demandons à titre conservatoire la suspension  de l’entrée de plants végétaux  en Corse. Comptez-vous relayer officiellement cette demande, et signifier ainsi à l’Etat notre volonté unanime d’empêcher par tout moyen l’arrivée de la bactérie sur l’île ?
 
-         En attendant la mise en place de cette mesure, comptez-vous demander aux Ministres de l’Agriculture et de l’Environnement de saisir la Commission européenne pour obtenir en urgence un port unique pour l’arrivée des plants accompagné de lieux de quarantaine permettant de les contrôler systématiquement ?  
-         Comptez-vous enfin saisir, par les voies et moyens  appropriés, les autres îles de la Méditerranée pour un Plan commun de prévention et d’action auprès de l’Europe

Femu a Corsica

Cantunale | Assemblea di Corsica | Cantunale 2011 | Assemblea di Corsica : Quistione à bocca | L'eletti | Assemblea di Corsica : Muzione | A lèttera | Elezzione | Attualità | Istituzioni | Législatives 2012 | Présidentielles françaises | Municipales Aiacciu 2015 | TARRITURIALI DI 2015 | U Filu di a Storia | Custruì una sucietà libera | Inizià u Riacquistu Ecunomicu | Elezzione legislative 2017