Femu a Corsica
Ghjovi u 28 di Ghjugnu 2012

Prima circuscrizzione di u Cismonte (Première circonscription de la Haute-Corse) : le bond en avant !


Prima circuscrizzione di u Cismonte (Première circonscription de la Haute-Corse) : le bond en avant !

La progression de Femu a Corsica sur cette circonscription est impressionnante.

Difficile de faire un comparatif au niveau législatif car, en 2007, Gilles Simeoni était engagé dans la circonscription de Corti-Balagna-Plaine et les nationalistes étaient regroupés, toutes tendances confondues, excepté à Bastia où la candidature était portée par I Verdi Corsi.

Femu a Corsica bat son record du second tour des Territoriales 2010 (10.906 voix contre 9.128 en 2010). Elle gagne 2.785 voix dans l'entre deux tours. Gilles Simeoni et Jean-Baptiste Arena arrivent premiers dans 12 villages du Nebbiu è du Capicorsu (Cànari, Nonza, Ogliastru, Rapale, Santu Petru di Tenda, Barbaghju, Ferrìngule, Olmeta di Tuda, Patrimoniu, Poghju d'Oletta, Barrètali, Luri).

Ils sont premiers également dans trois bureaux de la ville de Bastia, et dans les bureaux de Lucciana village et de Furiani Mairie, où ils arrivent à seulement 21 voix derrière Jean Zuccarelli sur la totalité de la commune.

C'est dire la progression y compris dans le fief le plus rude de la gauche zuccarelliste. Il faudra donc compter sur Femu a Corsica lors des prochaines municipales à Furiani. Mais aussi à Lucciana et dans bon nombre de village, comme à Patrimoniu, San Fiurenzu...

C'est désormais une force incontournable, particulièrement dans la ville de Bastia où l'on sait déjà que le prochain scrutin municipal sera très disputé!

L'affaiblissement du clan Zuccarelli en effet s'accentue de scrutin en scrutin: il disposait d'une avance de 4.924 voix sur la liste Inseme per Bastia lors des municipales de 2008, désormais, Femu a Corsica le talonne à seulement 877 voix.

Elle s'est même payé le luxe de le devancer de 604 voix lors des élections territoriales de mars 2010.

Ce qui veut dire que la citadelle n'est plus imprenable malgré tous les moyens détestables déployés pour faire pression sur l'électorat (chantage à l'emploi, chantage au logement, utilisation des moyens institutionnels pour la campagne, bons alimentaires comme monnaie d'échange électorale...)

Le bond en avant constaté au premier tour envers et contre les commentateurs de presse s'est donc bien vérifié au second tour.

Le clan Zuccarelli s'effondre. Qu'on en juge : la gauche totalisait au second tour de l'élection législative de 2002, quelques 27.797 voix (dans un affrontement Zuccarelli c/Vendasi), puis 15.812 voix face à Sauveur Gandolfi Sheit en 2007 (46,11 %), elle compte désormais 10.728 voix dans la triangulaire où Gilles Simeoni conserve sa seconde place avec une courte marge, certes (178 voix), mais ô combien symbolique !

Ce qui a permis à tous les militants éreintés par deux mois de campagne difficile de laisser éclater leur joie en défilant dans les rues de la ville, de la mairie à la permanence de campagne, sottu à a bandera mora è cantandu à voce rivolta a Palatina, u Culombu, Sunate lu cornu è u Diu vi Salvi Regina... De son côté, la permanence de campagne de Jean Zuccarelli s'empressait de fermer ses portes.

Source : www.p-n-c.eu/
Femu a Corsica

Cantunale | Assemblea di Corsica | Cantunale 2011 | Assemblea di Corsica : Quistione à bocca | L'eletti | Assemblea di Corsica : Muzione | A lèttera | Elezzione | Attualità | Istituzioni | Législatives 2012 | Présidentielles françaises | Municipales Aiacciu 2015 | TARRITURIALI DI 2015 | U Filu di a Storia | Custruì una sucietà libera | Inizià u Riacquistu Ecunomicu | Elezzione legislative 2017