Femu a Corsica
Ghjovi u 4 di Dicembre 2014

Motion avec demande d'examen prioritaire déposée par M. Jean-Christophe ANGELINI et Gilles SIMEONI au nom du groupe « Femu a Corsica » : Indignation face aux propos et agissements racistes visant le Peuple Corse


Motion avec demande d'examen prioritaire déposée par M. Jean-Christophe ANGELINI et Gilles SIMEONI au nom du groupe « Femu a Corsica » : Indignation face aux propos et agissements racistes visant le Peuple Corse
CONSIDERANT qu’il existe historiquement une forme de racisme anticorse,
 
CONSIDERANT que les manifestations de ce racisme tendent à se multiplier et à se banaliser, comme le montrent plusieurs épisodes tirés de l’actualité récente,

QU’AINSI et par exemple le magazine « Capital », dans son édition en date du mois d’octobre, consacre un dossier aux avantages dont bénéficieraient certaines professions ou corporations, et y intègre une seule communauté, « Les Corses », ainsi désignés injustement comme des «privilégiés de la République»,

QUE de même, les rencontres de football du SCB ont servi de prétexte à des arrêtés ministériels ou préfectoraux stigmatisant l’ensemble des supporters bastiais, voire l’ensemble des Corses,

QUE l’exemple le plus frappant de ces dérives juridiques répétées est l’arrêté du préfet des Alpes-Maritimes en date du 10 octobre 2014, pris à la veille du match Nice-Bastia, et prétendant interdire « le port, la détention ou l’usage de tout vêtement à l’effigie de la Corse ou d’un club sportif corse »,

QU’ENFIN, par un incroyable retournement des choses, certains medias et responsables politiques ont cherché à attribuer à Jean-Louis Leca ou au SCB une part de responsabilité dans les graves incidents survenus à l’issue du match Nice- Bastia (envahissement du terrain et agressions contre les joueurs et le staff du Sporting), au prétexte que le fait de célébrer sa joie en arborant la bandera serait une «provocation »,

CONSIDERANT le sentiment d’injustice engendré par ces traitements discriminatoires, et les innombrables réactions de protestation émanant de notre communauté, dans sa grande diversité, et notamment de mouvements sportifs, syndicaux, associatifs, culturels et politiques,

CONSIDERANT que la situation actuelle commande à l’Assemblée de Corse, dépositaire des intérêts matériels et moraux du peuple corse, de réagir avec vigueur et fermeté,

CONSIDERANT les propositions de motions des élus nationalistes relatives au racisme anticorse, en date du 28 mai 2009,

CONSIDERANT la question orale posée par nos élus, le 23 avril 2009, suite à un éditorial de M. Barbier, dans l’hebdomadaire « l’Express », ainsi que la réponse du Président du conseil Exécutif d’alors, qui évoquait la nécessité de « procéder à une consultation juridique qui indiquera si nous avons quelque chance de faire condamner, même symboliquement, ce genre de propos »… en ajoutant :  « il faudra alors que nous puissions en décider collectivement »,

L’ASSEMBLEE DE CORSE

EXPRIME solennellement son indignation face aux propos et agissements racistes de toutes natures visant le peuple corse.

CONFIRME sa volonté d’explorer l’ensemble des voies de droit, aux fins d’ester en justice contre celles et ceux qui souhaiteraient poursuivre dans cette stratégie irresponsable et outrageante.

* Cette motion était programmée pour la séance publique des 30 et 31 octobre 2014
Femu a Corsica

Cantunale | Assemblea di Corsica | Cantunale 2011 | Assemblea di Corsica : Quistione à bocca | L'eletti | Assemblea di Corsica : Muzione | A lèttera | Elezzione | Attualità | Istituzioni | Législatives 2012 | Présidentielles françaises | Municipales Aiacciu 2015 | TARRITURIALI DI 2015 | U Filu di a Storia | Custruì una sucietà libera | Inizià u Riacquistu Ecunomicu | Elezzione legislative 2017