Femu a Corsica
Marti u 26 di Farraghju 2013

Michel Castellani : « L’évolution démographique est un défi politique »


Michel Castellani : « L’évolution démographique est un défi politique »

La population corse est en pleine croissance, au vu du dernier recensement de l’INSEE. Cette croissance n’est pas le fait d’une fécondité insulaire exceptionnelle, mais d’une immigration en plein essor. Michel Castellani, élu territorial de Femu a Corsica, professeur d'économie et responsable pédagogique du Master 2 administration des entreprises à Corte, décrypte, pour Corse Net Infos, les données démographiques actualisées et met en lumière un certain nombre de dynamiques, révélatrices de l’évolution de la société insulaire. Il dévoile quelques réalités inquiétantes.

- Quel principal enseignement tirez-vous du dernier recensement de la population corse ?

- D’abord, une croissance soutenue. Ces 10 dernières années, la population de l’île a augmenté de 49.175 unités. Soit, 16 % en dix ans. C’est considérable ! Si l’on prend 2006 comme année de base, la Corse enregistre une croissance démographique de 5,3 %, soit plus du double de la moyenne française (2,22 %). Elle croît davantage que toutes les autres régions, même celles qui sont, traditionnellement, les plus attractives et les plus dynamiques, comme le Languedoc-Roussillon qui affiche un taux de 4,03 % ou la région PACA et son taux de 1,74 %. Avec cette poussée démographique, les choses changent profondément.
 
- C’est-à-dire ?

- Notre île a touché son minimum contemporain au début des années 60 avec 165.000 habitants, elle approche maintenant du double. Un doublement en un demi-siècle ! Si elle avait suivi le même rythme, la France, qui s’est pourtant accrue de plus de 20 millions d’âmes, en compterait actuellement près de 93 millions. Cette augmentation des densités se traduit par une pression toujours plus affirmée sur le foncier, sur l’immobilier et, d’une façon générale, sur le milieu naturel.
 
- Les Corses font-ils plus d’enfants que la moyenne nationale ?

Non. L’évolution naturelle est, depuis longtemps, modeste. De 1945 à 1962, en plein baby boom, l’île n’a enregistré que 49.861 naissances pour 41.157 décès. De 1962 à 2010, 137.438 naissances pour 129.148 décès. Depuis l’après guerre, l’excédent naturel, c’est-à-dire le différentiel naissances-décès, est donc demeuré très modéré. Le départ de nombreux jeunes sur le continent et un vieillissement prononcé du corps social sont responsables d’une fécondité faible et d’une mortalité soutenue. Actuellement, l’excédent naturel ne dépasse guère la centaine d’unités par an.
 
- Alors, comment expliquez-vous cette forte croissance ?

- Cette exceptionnelle croissance est tractée par les excédents migratoires. Sur le dernier demi-siècle, la population corse a cru de près de 129.000 personnes, dont 120.541 arrivant de l’extérieur. La balance migratoire est, donc, responsable à 95% de cet accroissement. Cette forte attractivité de notre île se confirme et s’amplifie. Depuis quatre ans, la population s’est enrichie de près de 16.000 personnes, dont plus de 15.000 par excédent migratoire. Il ne s’agit, là, que de bilans migratoires finaux, de soldes du différentiel entrées-sorties.
 
- Quelle est l’ampleur de ces mouvements ? Combien de personnes partent et arrivent ?

- C’est difficile à apprécier. Si l’on pose, comme hypothèse, 1 départ pour 2,5 arrivées, les échanges entre la Corse et l’extérieur totalisent, entre 2006 et 2010, 25.150 arrivées pour 10.090 départs. Ce n’est qu’une appréciation, mais elle suffit à comprendre l’ampleur des flux. A l’heure actuelle, en moyenne, au moins 18 personnes s’installent dans notre île chaque jour et 7 en repartent.
 
- Qui sont ces migrants ?

- Ces flux intéressent toutes sortes de gens. Arrivent des fonctionnaires, des gendarmes ou des cadres du privé qui vont et viennent, des pauvres migrants, des travailleurs étrangers, des vedettes en renom, des retraités d’origine corse ou pas… Dans l’autre sens, partent des jeunes insulaires pour poursuivre leurs études ou pour raisons professionnelles, des mutés hors de l’île, des étrangers qui retrouvent leur pays... Ce qui est sûr, c’est que les mutations sont de grande ampleur. Il faut maîtriser l’évolution démographique parce que pareil rythme de renouvellement pose de lourds problèmes de fond. 
 
- Quels problèmes ?

- D’abord, la préservation d’un liant social. Sauf mesures spécifiques, le sentiment d’appartenance à une communauté, qui a constitué tout au long de l’histoire le fondement même de notre personnalité collective, ne pourra résister longtemps à pareille avalanche. C’est la pérennité même de notre langue, de nos valeurs culturelles et de la nature de nos relations sociales qui est en jeu. C’est l’adhésion à la musique, aux spécialités culinaires, aux fêtes collectives, religieuses, sportives ou autres, l’identification aux lieux de vie… qui donnent sa personnalité à toute société. Imaginez une société corse où la majorité ne saurait rien de notre langue et de nos proverbes, des paghjelle, de la Santa du Niolu, de Lavasina ou du Catenacciu, rien de Paoli ou de Circinellu, rien de nos clubs sportifs…! Nous devons, dans le strict respect de chacun, œuvrer à fortifier ce sens commun.
 
- D’un point de vue économique, comment résister à l’inévitable déchainement de la pression immobilière et spéculative ?

- La relative basse pression démographique et la beauté des paysages exercent et exerceront toujours plus leur force attractive sur les 350 millions de personnes vivant à moins de trois heures d’avion de la Corse. La régulation du marché par le pouvoir d’achat, donc la difficulté pour le plus grand nombre à accéder à la propriété est, par conséquent, inévitable. Sans compter la transformation de l’île en terre de vacances et de loisirs, avec la mutation fondamentale de personnalité que cela suppose. Sauf à appliquer des mesures de protection réellement efficaces. C’est pourquoi nous sommes un certain nombre d’élus à l’Assemblée de Corse à étudier la dévolution d’un statut particulier pour le foncier… et pour le reste !
 
- Pensez-vous y parvenir ?

- Les choses sont objectivement difficiles. D’abord, parce qu’elles heurtent de front la tradition française d’Etat-Nation, qui ne reconnaît qu’une catégorie de citoyens et ne peut prendre en compte les diversités. De même, la liberté d’établissement instituée en Europe depuis le marché unique va, à priori, à l’encontre de toute mesure protective spécifique. C’est pour cela que nous avons envisagé de freiner la dérive spéculative par une mesure non discriminante, puisque s’adressant à tous : le statut de résident.
 
- Certains vous accusent de ségrégation ?

- Nous ne désirons, en aucun cas, de politique d’exclusion ou de ségrégation. Nous savons autant que d’autres que, de tout temps, la Corse a reçu et fondu des gens dans un sentiment d’appartenance commun. Non seulement nous n’entendons pas renoncer à cette tradition, mais nous voulons, bien au contraire, que la Corse continue d’être une machine à intégrer. Mais, pour cela, il faut d’abord que nos bases culturelles soient en état de rayonner. Objectivement, à l’heure actuelle, nous sommes bien plus en état de désagrégation qu’en possibilité d’assimiler.
 
- Justement, n’y a-t-il pas un paradoxe entre l’ampleur de ces flux migratoires et l’aggravation des problèmes sociaux ?

- Tout à fait. C’est le paradoxe d’une île qui voit sa population continuellement croître pendant des décennies, en particulier par le fait qu’elle attire toujours plus d’immigrants, sans que sa vie sociale s’améliore. Le nombre de chômeurs, de précaires et des personnes de très modeste condition donne une idée des difficultés. Plus du dixième de la société est directement frappé. Seulement 1 habitant sur 3 occupe un emploi stable. Les autres, pour des raisons diverses (études, vieillesse, chômage, maladie…), en sont exclus… C’est dire la fragilité du tissu économique ! Démographie et avanies sociales ont cheminé de pair, ce qui prouve que la croissance de la population, que certains présentent comme une panacée, ne constitue en rien une solution, ni en Corse, ni ailleurs.
 
Propos recueillis par Nicole MARI pour Corse Net Infos (http://www.corsenetinfos.fr/Population-corse-Le-choc-migratoire_a2031.html)
 
Demain, suite et fin de l'interview avec Michel Castellani : « L’évolution démographique est un défi politique »

L’élu territorial de Femu a Corsica, professeur d'économie et responsable pédagogique du Master 2 administration des entreprises à Corte, continue de décrypter, pour Corse Net Infos, les données démographiques actualisées par le dernier recensement de l’INSEE. Pour Michel Castellani, le vieillissement de la population et la concentration des insulaires en zone littorale et urbaine sont des défis politiques que la Corse doit relever car ils menacent directement la population historique.

- La croissance démographique influe-t-elle sur l’occupation des territoires ?

- Oui. La structure du peuplement évolue également. Elle est marquée par de très forts contrastes, de très importantes dissymétries entre, par exemple, l’intérieur et les zones basses : 81% des habitants résident dans les communes immédiatement littorales. Sur les 55 communes de plus de 1000 habitants, une seule, Corti, est à l’intérieur des terres ! De plus, l’attraction urbaine est forte. Les deux agglomérations principales regroupent plus de 60 % des insulaires sur 10 % du territoire. Ajaccio est la principale commune de l’île, et une des plus dynamiques, devant Bastia, quatre fois moins étendue.
 
- L’agglomération bastiaise n’est-elle pas la plus peuplée ?

- Oui. Elle demeure le principal centre de vie avec près de 100.000 habitants (96.570 sur 447 km²). L’agglomération d’Ajaccio en compte 89.585 sur 479 km². Sur les 11 plus importantes communes, celles de plus de 3500 habitants, 6 appartiennent à l’agglomération de Bastia : Bastia, Borgu, Biguglia, Furiani, Lucciana, Ville-di-Pietrabugno. Les 5 autres sont Ajaccio, Porti Vecchju, Corti, Calvi et Ghisonaccia.
 
- Quelle est la densité de population sur les autres communes ?

- La structure de nos communes est très révélatrice. Sur les 360 que compte la Corse, 272 ont recensé moins de 500 âmes. Parmi ces dernières, 210, soit près de 6 communes sur 10, n’arrivent même pas à 200 habitants et rassemblent à peine 6 % de la population. On assiste à une agrégation par le haut. En 1999, il y avait 21 communes de plus de 2.000 habitants, il y en a 28 au dernier pointage. Elles rassemblaient 54 % des habitants, soit 170.000 personnes, elles en agrègent maintenant 67 %, soit 211.000 personnes. Globalement, 63 communes continuent de perdre de la population, quand 293 en gagnent.
 
- La population insulaire est vieillissante. Ce phénomène s’accroit-il ?

- Oui. La structure d’âges évolue sans discontinuer vers une maturation croissante. En 1990, pour la première fois depuis que notre île existe, les plus de 60 ans ont été plus nombreux que les moins de 20 ans. Par rapport à 1946, notre île compte 14.185 jeunes (0 à 20 ans) en moins et 50.457 personnes ayant dépassé les 60 ans en plus… Avec tout ce que cela suppose de solitude, de détresse, mais aussi de problèmes d’équilibres financiers au niveau des retraites, de la sécurité sociale, des politiques d’accompagnement, de la question des droits de succession... Ces réalités sont prégnantes dans tous les pays développés, quelquefois plus gravement qu’en Corse. Chez nous, la présence de 141.485 personnes de moins de 40 ans constitue une richesse qu’il ne faut pas gaspiller.
 
- Que préconisez-vous ?

- Nous ne sommes pas ici dans du domaine technique, mais dans des réalités éminemment politiques ! L’évolution démographique, bien définie depuis 50 ans maintenant, et dont le durcissement est confirmé par les dernières données censitaires, doit être intégrée comme variable essentielle, par les décideurs, depuis le plus haut niveau de l’Etat jusqu’au plus modeste conseil municipal. Elle doit l’être aussi par l’ensemble des citoyens. Parce qu’elle constitue un défi politique de première grandeur et une hypothèque dont la maîtrise engage l’existence même d’une communauté historique.

Propos recueillis par Nicole MARI pour Corse Net Infos (http://www.corsenetinfos.fr/Michel-Castellani-L-evolution-demographique-est-un-defi-politique_a2032.html)
Femu a Corsica


Dans la même rubrique :
< >

Dumenica u 15 d'Utrovi 2017 - 20:00 Femu a Corsica hè natu

Venari u 15 di Sittembre 2017 - 20:00 ARRESTATION DE FRANCK PAOLI

Màrcuri u 30 d'Aostu 2017 - 14:17 SCRIZZIONE A FEMU A CORSICA

Cantunale | Assemblea di Corsica | Cantunale 2011 | Assemblea di Corsica : Quistione à bocca | L'eletti | Assemblea di Corsica : Muzione | A lèttera | Elezzione | Attualità | Istituzioni | Législatives 2012 | Présidentielles françaises | Municipales Aiacciu 2015 | TARRITURIALI DI 2015 | U Filu di a Storia | Custruì una sucietà libera | Inizià u Riacquistu Ecunomicu | Elezzione legislative 2017