Femu a Corsica
Venari u 5 di Sittembre 2014

CULLETTIVU XYLELLA FASTIDIOSA

Réunion du 2 septembre 2014 sur la bactérie "Xylella Fastidiosa" à l'Università di Corti


Cette seconde réunion d’échange organisée par le Cullettivu Xylella Fastidiosa a permis de réunir des producteurs et des représentants des différentes filières agricoles (oléiculture, viticulture, castanéiculture, apiculteurs, maraîchage, interprofession bio…), des pépiniéristes, des représentants de l’ODARC, de la Chambre d’Agriculture de Corse du sud, des élus et des techniciens agricoles. Le Collectif constitué lors de la réunion du 18 août à A Riventosa, s’est ainsi élargi et renforcé afin de pouvoir s’organiser face à la menace que représente cette bactérie pour l’agriculture, la production et donc pour l’économie corse toute entière, et plus généralement pour de très nombreuses espèces végétales cultivées ou sauvages.
Les personnes présentes ont exprimé leurs inquiétudes et estiment que l’urgence de la situation impose de prendre une mesure radicale : l’interdiction d’importation de plants. Le « Passeport vert » (passeport phytosanitaire européen) ne peut en aucun cas suffire, puisque les contrôles portent au mieux sur 5% des végétaux. Sans compter les importations illégales, avec souvent des circuits de revente très complexes, passant par de nombreux pays, y compris hors CEE.

Aux yeux de tous les producteurs des filières présentes, il n’y a pas d’autre solution.

Il est également important de penser une solution sur le long terme, notamment une refonte du système de production des plants en privilégiant une production locale et la multiplication de plants locaux (telle que le pratiquent déjà l’ONF ou les castanéiculteurs avec la Pépinière territoriale de Castellucciu). 
La compétence de protection des végétaux relève de l’Etat, c’est à lui de prendre ses responsabilités en réagissant rapidement face à l’imminence de cette menace. Or, le Collectif constate que l’Etat ne les assume pas pour l’instant, comme ce fut déjà le cas auparavant concernant la gestion de crise face au Cynips et à la fièvre catarrhale (Il faut y ajouter le charançon du palmier, Metcalfa pruinosa, etc, etc) ; les oléiculteurs informent que le Préfet n’a même pas répondu aux courriers du Syndicat envoyés début août.
Instruits par l’expérience du passé – carence sur la protection de l’île en matière de végétaux et animaux, les participants ont réaffirmé qu’il est indispensable d’agir rapidement et collectivement pour éviter l’arrivée de cette bactérie en Corse.
Le début de réponse de la DRAAF par voie de presse n’a pas été satisfaisante, elle demeure imprécise et n’apporte aucune réponse aux interrogations exprimées par le Collectif. En effet, ce dernier souhaitait savoir quelles procédures réellement efficaces seraient mises en œuvre et de quels moyens humains disposeraient les services de l’Etat pour réagir face à l’urgence de cette menace.
Sachant qu’une réunion sur la protection des végétaux (où la Xylella a été rajoutée in extremis à l’ordre du jour) est prévue par la  DRAAF le mercredi 3 septembre à l’INRA de Corte, le Collectif décide d’y envoyer une délégation pour reposer clairement les questions.

Au terme de cette deuxième réunion, plusieurs propositions ont été envisagées par le collectif :
-          Une interdiction d’importation de tous les végétaux.
-          Zone de quarantaine pour les « plants-mères » nécessaires à la production sur place
-          L’application de l’interdiction : réfléchir aux différents contrôles et dispositifs afin de mettre en œuvre cette interdiction.
-          Travailler avec les pépiniéristes, qui seront aussi les premières victimes
-          Demander la réunion de toute urgence du CA de l’ODARC et de l’OEC.
-          Interpeller le Président du Conseil exécutif de l’Assemblée de Corse sur l’urgence de la situation.
-          Se rendre dans la région des Pouilles en Italie afin d’en apprendre davantage sur cette maladie et sur la réalité des mesures prises pour empêcher la diffusion de la bactérie
-          Réfléchir à des dispositions similaires à celles de Jersey ou la Polynésie sur la protection.
-          Faire éventuellement une pétition pour alerter l’opinion publique et interpeller une fois de plus les services de l’Etat.
 
De nombreuses questions sont aussi en suspens : les ventes de plants par correspondance et internet, l’information du grand public, etc.

U Cullettivu Xylella Fastidiosa
Femu a Corsica


Dans la même rubrique :
< >

Dumenica u 15 d'Utrovi 2017 - 20:00 Femu a Corsica hè natu

Venari u 15 di Sittembre 2017 - 20:00 ARRESTATION DE FRANCK PAOLI

Màrcuri u 30 d'Aostu 2017 - 14:17 SCRIZZIONE A FEMU A CORSICA

Cantunale | Assemblea di Corsica | Cantunale 2011 | Assemblea di Corsica : Quistione à bocca | L'eletti | Assemblea di Corsica : Muzione | A lèttera | Elezzione | Attualità | Istituzioni | Législatives 2012 | Présidentielles françaises | Municipales Aiacciu 2015 | TARRITURIALI DI 2015 | U Filu di a Storia | Custruì una sucietà libera | Inizià u Riacquistu Ecunomicu | Elezzione legislative 2017