Femu a Corsica
Ghjovi u 7 di Farraghju 2013

Assemblea di Corsica, u 7 di ferraghju 2013 : Muzione posta da Mattea Lacave è Saveriu Luciani : Inserzione di a ricunniscenza di l’insignamentu di a Lingua Corsa è di l’insignamentu bislinguu In a lege d’orientazione


Assemblea di Corsica, u 7 di ferraghju 2013 : Muzione posta da Mattea Lacave è Saveriu Luciani : Inserzione di a ricunniscenza di l’insignamentu di a Lingua Corsa è di l’insignamentu bislinguu In a lege d’orientazione
    CONSIDERANT que l’Assemblée de Corse peut formuler des avis sur des projets ou propositions de loi ainsi que sur les projets de décrets comportant des dispositions spécifiques à la Corse (lois de 1991 et 2002),

- qu’elle peut également demander à être habilitée par le législateur à fixer des règles adaptées aux spécificités locales, pour l’exercice de ses compétences, sauf mise en cause de libertés individuelles ou droits fondamentaux (loi de 2002),

   CONSIDERANT que l'assemblée de Corse est tenue de rendre un avis sur le projet de loi d'orientation et de programmation qui va venir en discussion au

Parlement et au Sénat,

   CONSIDERANT que cette loi aura en effet nécessairement une incidence forte et directe sur la politique menée en faveur du développement et de l’enseignement de la langue corse, ainsi que sur la traduction concrète des principes qui la sous-tendent,

   CONSIDERANT la charte de la diversité culturelle de l'UNESCO, votée en 2005 par la France,

   CONSIDERANT l’engagement pris, par le Président de la République, de signer la Charte Européenne des langues régionales ou minoritaires,

   CONSIDERANT les prérogatives constantes de la Collectivité Territoriale de Corse depuis 1992 en matière d’enseignement et développement de la langue corse, et notamment l’article 53 (préciser de quel texte) qui situple que l'Assemble de Corse "adopte et met en oeuvre un plan de développement de l'enseignement de la langue et de la culture corse, et de promotion de la langue dans la société",

   CONSIDERANT l'article 7 de la loi du 22 janvier 2002 qui prévoit que le corse est une matière "enseignée dans le cadre de l'horaire normal des écoles maternelles et élémentaires",

   CONSIDERANT le vote unanime de 2005 du plan stratégique de développement de la langue corse, et notamment son article 5 qui lui fixe pour
objectif de «généraliser le bilinguisme dans l’enseignement primaire » et d’« installer le bilinguisme pour construire le plurilinguisme »,

   CONSIDERANT les dispositions de la convention État/Région 2007/2013 qui fixe l'organisation de l'enseignement de la langue corse et l'enseignement bilingue dans les établissements de l'île,

   CONSIDERANT qu’il ressort de la lettre et de l’esprit des textes précités que :

- le plurilinguisme est un objectif du Conseil de l'Europe,
- la valorisation du plurilinguisme constitue le fondement de la tolérance linguistique et de l’acceptation de la diversité́ linguistique et culturelle, ainsi que de l’éducation interculturelle,
- que la compétence plurilingue constitue un des fondements du vivre ensemble et un des aspects fondamentaux des politiques d’inclusion sociale et d'éducation à la citoyenneté démocratique, laquelle est nécessairement interculturelle,
- que le gouvernement propose dans son projet de loi l'acquisition des langues étrangères dès le cours préparatoire dans le but d'améliorer l'accès au plurilinguisme.

   CONSIDERANT que ces principes et objectifs sont également ceux poursuivis par la politique menée par la CTC en faveur de la langue corse ;

   CONSIDERANT ainsi et par exemple que la dynamique de l'enseignement bilingue en Corse lequel concerne, en 2013, plus de 30% des
scolaires,

   CONSIDERANT « u fogliu di strada » pour la Langue Corse proposé par l’Exécutif Territorial à la session de juillet 2011,

   CONSIDERANT la création du Cunsigliu di a lingua, et les travaux des commissions en son sein, lesquels posent les fondements d'une véritable politique linguistique,

   CONSIDERANT la délibération N° 11/187 AC de l’Assemblée de Corse portant l’adoption d’une motion relative à la demande de mise en oeuvre de moyens juridiques pour un statut de coofficialité de la langue corse.

   CONSIDERANT l’état des travaux de la commission de rédaction d’un statut de coofficialité de la Langue Corse ;

   CONSIDERANT qu’il importe dès lors, pour préserver la cohérence juridique et philosophique entre d’une part les textes en vigueur et en préparation sur l’enseignement, le développement et le statut de la langue corse , et d’autre part, le texte-cadre législatif régissant la politique linguistique, de solliciter l’insertion, dans celui-ci, dès aujourd’hui, et sans préjudice d’une future évolution législative et constitutionnelle concernant le statut de la langue corse, d’un article spécifique concernant les langues dites « régionales », classification dont relève, à ce jour, la
langue corse ;

   CONSIDERANT le précédent regrettable que constitue l’absence totale de référence aux langues dites « régionales », et donc à la langue corse dans les dispositions du décret du 24 janvier 2013, relatif à l'organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires, publié au Journal officiel du 26 janvier 2013,

   CONSIDERANT que l'absence d'une prise en compte des langues dites régionales dans un texte-cadre si important laisserait augurer, au plan de la philosophie politique, d'une perspective politique très négative et serait de nature, au plan juridique, à compromettre toute évolution significative dans le dispositif d'enseignement ainsi que l’issue de la négociation Etat-Région dans la perspective de l’obtention, pour la langue corse, d’un statut de coofficialité,

- Qu’elle créerait également des difficultés matérielles et pédagogiques en ne permettant pas l’harmonisation des politiques à mettre en oeuvre au titre de la loi générale, et celles découlant de la politique linguistique propre de la collectivité territoriale considérée ;

L'ASSEMBLEE DE CORSE

DEMANDE au gouvernement d'intégrer de manière explicite dans ce projet de loi un article complémentaire énonçant :

- le principe de l’engagement de l'´Etat dans le développement et la promotion effective de l'enseignement des langues régionales et de l'enseignement bilingue.
- le principe de la prise en compte, par la loi-cadre, des politiques spécifiques menées par les collectivités territoriales compétentes en matière de langue dite « régionale », et la possibilité, pour les collectivités concernées, de mettre en place, par voie de convention avec l’Etat, des dispositifs spécifiques permettant de concilier les objectifs de la loi générale et ceux poursuivis àtravers leur statut spécifique.

   CUNSIDERENDU ch’ellu tocca à l'Assemblea di Corsica di formulà avisi nant’à prugetti o pruposte di lege è ancu nantu à dicreti chì cumportanu dispusizione specifiche per a Corsica (lege 1991 è 1992),
  
   CUNSIDERENDU ch’ella pò dinò esse abilitata da u legislatore à fissà regule adatte à e specificità lucale, per l’eserciziu di e so cumpetenze, fora di e messe in cause di e libertà individuale o di i diritti fundamentali (lege 2002),

   CUNSIDERENDU ch’ellu tocca à l'Assemblea di Corsica di dà un avisu nant’à u prugettu di lege d’orientazione è di prugrammazione chì hà da vene in
debattitu à u Parlamentu è à u Senatu,

   CUNSIDERENDU chì sta lege cagiunerà di sicuru cunsequenze dirette è forte nant’à a pulitica indiata à favore di u sviluppu è di l’insignamentu di a lingua
corsa, è ancu in a traduzzione cuncreta di i principii chì a portanu,

   CUNSIDERENDU l’ingagiamentu di u Presidente di a Republica à prò di a Cartula Auropea di e lingue regiunale o minuritarie,

   CUNSIDERENDU a Cartula di a Diversità Culturale di l’UNESCO, vutata in u 2005 da a Francia,

   CUNSIDERENDU e prerugative di a Cullettività Territuriale di Corsica dipoi u 1992 di pettu à l’insignamentu è a u sviluppu di a lingua corsa, anzituttu in u
so articulu 53 induve ellu vene precisatu chì l'Assemblea di Corsica « adotta è mette in opera un pianu di sviluppu di l’insignamentu di a lingua è di a cultura corsa è di prumuzione di a lingua in a sucetà »,

   CUNSIDERENDU l'articulu 7 di a lege di u 22 di ghjennaghju di u 2002 chì dice chì u Corsu hè una materia « insignata in u quatru di l’orariu nurmale di e
scole materne è elementarie »,

   CUNSIDERENDU u votu à l’unanimità, in u 2005, di u pianu stattegicu di sviluppu di a lingua corsa, anzituttu l’articulu 5 chì fissa l’ogettivu di « generalizà u
bislinguisimu in l’insignamentu primariu » è « impiantà u bislinguisimu per custruisce u plurilinguisimu »,

   CUNSIDERENDU e dispusizione di a cunvenzione Statu/Regione 2007/2013 chì urganiseghja l’insignamentu di a lingua corsa è di l’insignamentu
bislinguu in i stabbilimenti di l’isula,

    CUNSIDERENDU ch’ella vene accertata da a lettera è da u spiritu di i testi mentuvati :

- chì u plurilinguisimu ferma un ogettivu di u Cunsigliu di l’Auropa,
- chì di colpu a valurisazione di u plurilinguisimu custituisce u fundamentu di a tulerenza linguistica è di l’accettazione di a diversità linguistica è culturale, da
educazione interculturale,
- chì a cumpetenza plurilingua custituisce unu di i fundamenti di u campà inseme è unu di l’aspetti fundamentali di e pulitiche d’inclusione suciale è
d’educazione à a citatinanza democratica, capita quì ch’ella ùn pò esse chè interculturale,
- chì u guvernu prupone in u so prugettu di lege d’acquistà lingue strangere à partesi da u corsu preparatoriu à u scopu d’accede megliu à u plurilinguisimu.

    CUNSIDERENDU chì sti principii è ogettivi sò altresi quelli perseguiti da a pulitica assestata da a CTC a favore di a lingua corsa,

    CUNSIDERENDU a dinamica di l’insignamentu bislinguu in Corsica chì
rapresenta più di 30% di i sculari,

    CUNSIDERENDU « u fogliu di strada » per a lingua corsa prupostu da l’Esecutivu Territuriale à a sessione di lugliu di u 2011,

    CUNSIDERENDU a creazione di u Cunsigliu di a lingua, i travagli di e so cummissione chì astradanu propiu I fundamenti d’una vera pulitica linguisitica,

    CUNSIDERENDU a deliberazione Nu 11/187 AC di l’Assemblea di Corsica, cù u votu d’una muzione dumandendu a messa in opera di mezi ghjuridichi
à prò d’un statutu di cuufficialità di a lingua corsa,

    CUNSIDERENDU u statu attuale di i travaglii di u cumitatu di redazzione di u statutu di cuufficcialità di a lingua corsa,

    CUNSIDERENDU ch’ellu impreme tandu, da priservà a cuerenza ghjuridica è filosoffica trà, d’una banda, i testi in usu è in preparazione nant’à l’insignamentu, u sviluppu è u statutu di a lingua corsa, è, d’un’antra banda, u testuguatru legislativu regendu a pulitica lingusitica, è sullicità l’inserzione, nentru à questu, subitu oghje, è senza dannu per ciò chì tocca à un’evuluzione legislativa è custituziunale à vene, cuncernendu u statutu di a lingua corsa, d’un articulu specificu cuncernendu e lingue cusì dette « regiunale », classifica chì intende sempre per avà a lingua corsa,

    CUNSIDERENDU l’antecedente rincrescevule ch’ella custituisce l’assenza tutale di riferenza à e lingue cusì dette « regiunale », è dunque à a lingua corsa in e dispusizione di u dicretu di u 24 di ghjennaghju di u 2013, relativu à l’organisazione di u tempu di scola in e scole materne è elementarie, publicatu nant’à u Giurnale Officiale di u 26 di ghjennaghju di u 2013,

    CUNSIDERENDU chì l’assenza d’una presa in contu di e lingue cusì dette « regiunale » in un testuguatru cusì impurtante sbuccherebbe, à livellu di a
filusuffia pulitica, nant’à una perspettiva pulitica propiu negativa, da cumprumette, à nant’un pianu ghjuridicu, qualunque pussibulità d’evuluzione in u dispusitivu d’insignamentu ma dinò una neguziazione Statu Cullettività territuriale in u filu di l’ottenimentu, per a lingua corsa, d’un statutu di cuufficialità,

- Ch’ella inghjenerebbe dinò dificultà materiale è pedagogiche ùn permettendu micca l’armunisazione di e pulitiche à mette in opera in u quatru di a lege
generale, è quelle risultendu da a pulitica linguistica propria di a cullettività territuriale cuncernata ;

L'ASSEMBLEA DI CORSICA

DUMANDA à u guvernu l’integrazione splicita in u so prugettu di lege d’un articulu cumplementariu chì stipulessi :

- u principiu inquant’à l'ingagiamentu di u Statu in u sviluppu è a prumuzione effettiva di l’insignamentu di e lingue regiunale è di
l’insignamentu bislinguu,
- u principiu di a presa in contu, da a lege guatra, di e pulitiche specifiche indiate da e cullettività territuriale cumpetente per ciò chì tocca à a
lingua cusì detta « regiunale » , è a pussibulità, per e cullettività territuriale cuncernate, di mette in sesta, cù u mezu di cunvenzione cù u Statu, dispusitivi specifichi permettendu d’accuncià l’ogettivi di a lege generale è quill’altri pruseguiti attraversu u so statutu specificu

Femu a Corsica

Cantunale | Assemblea di Corsica | Cantunale 2011 | Assemblea di Corsica : Quistione à bocca | L'eletti | Assemblea di Corsica : Muzione | A lèttera | Elezzione | Attualità | Istituzioni | Législatives 2012 | Présidentielles françaises | Municipales Aiacciu 2015 | TARRITURIALI DI 2015 | U Filu di a Storia | Custruì una sucietà libera | Inizià u Riacquistu Ecunomicu | Elezzione legislative 2017