Femu a Corsica
Màrcuri u 24 di Lugliu 2013

Assemblea di Corsica, u 25 di lugliu di u 2013 : dumanda a bocca posta da Fabiana Giovannini : Enquête épidémiologique sur les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl en Corse.


Assemblea di Corsica, u 25 di lugliu di u 2013 : dumanda a bocca posta da Fabiana Giovannini : Enquête épidémiologique sur les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl en Corse.
Monsieur le président,
 
Le 4 juillet dernier, devant notre assemblée, l’Ospedale Galliera de Genova rendait son rapport dans l’enquête épidémiologique sur les conséquences de la catastrophe Tchernobyl en Corse.
Cet événement, attendu depuis 27 ans, n’a pas eu toute la portée médiatique nécessaire malgré l’importance des conclusions qui ont été rendues, qui ont confirmé de manière indiscutable, l’impact du nuage radioactif sur la santé de notre population.
 
En effet, la presse nationale et internationale n’était pas présente. Or notre objectif collectif, nous le croyons, est bien de tirer un enseignement politique de cette catastrophe et du traitement insuffisant qui a suivi de la part du gouvernement pour protéger la population.
Que l’on soit pour ou contre, que l’on s’oriente vers un arrêt définitif du nucléaire ou non, son impact sur l’environnement et la santé va préoccuper la planète durant des décennies encore. 
 
Par mon intermédiaire, le 4 juillet, notre groupe vous remerciait pour avoir entendu notre appel dans cette mandature et donné les moyens de cette enquête scientifique indépendante permettant d’éclairer la France, l’Europe, le monde sur les retombées réelles de Tchernobyl à plus de 2000 kms de l’accident. Cette action de notre assemblée, portée par l’ensemble des groupes, a une dimension politique très forte dont il faut se servir. 
 
En effet, comme l’ont rappelé les eurodéputés François Alfonsi et Michèle Rivasi, actuellement le niveau des seuils admissibles de radioactivité par les populations en cas d’accidents nucléaires sont revus à la hausse. Ce qui veut dire, qu’au regard de notre enquête, on prend délibérément le risque de provoquer demain de nouvelles maladies avec une grande ampleur, comme c’est le cas pour Nous avons le devoir de le faire savoir.
 
Les eurodéputés vous ont proposé de nous associer à une manifestation au Parlement européen à l’automne. Elle est indispensable et je souhaite que notre assemblée y adhère. Le groupe Femu a Corsica pour sa part, vous a interpelé sur plusieurs points :

- Premièrement, nous avons le devoir de rendre publiques, ensemble, à Paris, les conclusions de cette enquête. Nous vous avons proposé qu’une délégation de l’ensemble de notre représentation politique remette au gouvernement ce rapport en convoquant la presse parisienne.
 
- Deuxièmement, nous demandons à notre assemblée de soutenir l’action judicaire de l’Association Française des Malades de la Thyroïde devant la Cour européenne de Justice parmi lesquels figurent de nombreux Corses. Notre groupe déposera le moment venu une motion à cet effet.
 
- Troisièmement, nous vous demandons de faire de notre région, un exemple de prise en compte de ce risque nucléaire. Vous avez déjà soutenu activement la mise en place d’un registre des cancers qui dépasse d’ailleurs le seul impact nucléaire.

Dans son prolongement, vous savez que nous proposons, avec des objectifs bien plus élargis que les risques industriels et/ou environnementaux, la mise en place d’un registre transfrontalier d’épidémiologie qui pourrait être également un outil de coopération territoriale en Méditerranée dans le cadre du programme France-Italie-Maritime. Nous comptons sur votre même soutien.

- Enfin, notre région réclame des compétences. La façon originale par rapport aux autres régions en France, dont nous avons traité ce dossier « Tchernobyl » ces dernières années est tout à fait singulière et doit nous conforter. J’ai parlé le 4 juillet  d’«  acte de prise de responsabilité collective ».
Notre groupe pense que c’est réellement une fierté à faire savoir à notre peuple et à la République. Nos aspirations sont légitimes, nous ne crions pas vengeance malgré le traitement irresponsable auquel le système politique français nous a condamné dans cette affaire, mais nous voulons une reconnaissance pour les  malades d’aujourd’hui et protéger notre population pour l’avenir. Il faut que  les choses changent. Particulièrement, ici, en Corse où nous avons la légitimité et les moyens de bâtir ensemble un développement durable véritable.
 
En clair, la « leçon Tchernobyl » doit être tirée et doit illustrer, auprès du gouvernement visiblement réticent, tous les débats qui nous occupent aujourd’hui.

Monsieur le président, partagez-vous notre opinion ? Et comptez-vous notamment donner droit à nos demandes en ce qui concerne la remise officielle de ce rapport au gouvernement ?
 
Je vous remercie.
Femu a Corsica

Cantunale | Assemblea di Corsica | Cantunale 2011 | Assemblea di Corsica : Quistione à bocca | L'eletti | Assemblea di Corsica : Muzione | A lèttera | Elezzione | Attualità | Istituzioni | Législatives 2012 | Présidentielles françaises | Municipales Aiacciu 2015 | TARRITURIALI DI 2015 | U Filu di a Storia | Custruì una sucietà libera | Inizià u Riacquistu Ecunomicu | Elezzione legislative 2017