Femu a Corsica
Ghjovi u 25 d'Aprile 2013

Assemblea di Corsica, u 25 d'aprile di 2013 : Question orale de Jean-Christophe Angelini : Hébergement des familles éloignées pour raisons médicales.


Assemblea di Corsica, u 25 d'aprile di 2013 : Question orale de Jean-Christophe Angelini : Hébergement des familles éloignées pour raisons médicales.
" Monsieur le Président,

Ces derniers mois, la Collectivité Territoriale de Corse a débattu du Projet Régional de Santé pour la période 2012-2016, tel que proposé par l’Agence Régionale de la Santé.
Ce rapport préconise notamment le développement des modes substitutifs à l’hospitalisation complète.
 
Dans ce cadre, et face à la carence de certains services sanitaires sur l’île, où le taux de fuite des malades corses est largement supérieur à la moyenne nationale, les personnes résidant en Corse et devant se faire soigner sur le continent en soins ambulatoires, durant plusieurs jours, n’ont d’autres choix que de chercher une solution d’hébergement sur le lieu de soins.
 
Confrontées à la maladie, elles doivent alors faire face à des problématiques d’organisation du voyage et de gestion du séjour.
 
Ces solutions d’hébergement s’avèrent rapidement couteuses, dès lors qu’il s’agit de protocoles longs, tels que préconisés pour les traitements de chimiothérapie ou de radiothérapie, qui peuvent se dérouler un mois durant, à raison d’un traitement par jour.
 
La Sécurité Sociale intervient alors pour ce qui est du transport, mais pas pour ce qui relève de l’hébergement.
 
Il existe, en Corse comme sur le continent, des associations œuvrant dans le domaine sanitaire et social, et ayant vocation à faciliter la prise en charge des personnes venant de l’île pour se faire soigner sur le continent. Je pense notamment à l’association Inseme, qui propose des solutions d’entraide, ou à la Marie-Do pour les plus connues.
 
La Maison du Bonheur, à Nice, a également cette vocation. Cette structure associative, créée en 2000, propose des hébergements à des tarifs abordables (10 € la nuit) aux personnes traitées en soins ambulatoires, habitant à distance des lieux de soins, et l’accueil des familles se rendant sur le continent pour assister ou visiter une personne hospitalisée.
 
Elle est soutenue depuis l’origine par des donateurs privés, des associations œuvrant dans le domaine de la santé et par les institutions sanitaires et sociales des Alpes Maritimes et de la région PACA.
 
En 2012, la Maison du Bonheur a enregistré 2541 nuitées. 1556 correspondaient à des personnes malades, ou à des familles de personnes hospitalisées résidant en Corse, soit plus de 60 %.
 
Sur 714 nuitées ambulatoires, 586 nuitées correspondaient à des familles Corses, soit plus de 70 %.
 
Cette association, en accueillant les personnes traitées en soins ambulatoires, participe comme tant d’autres aux politiques de santé publique, en facilitant considérablement l’accès aux soins.
 
Le Code de la Santé Publique affirme en priorité le droit à la protection de la santé et prévoit que les acteurs sanitaires puissent employer tous les moyens à disposition pour sa mise en œuvre et au bénéfice de toute personne. Il pose également le droit pour chacun de recevoir des soins adéquats et de bénéficier des thérapeutiques les plus efficaces.
 
Les acteurs de santé publique ne doivent-ils pas alors prévoir un mode d’hébergement pour les familles se rendant à distance de leur domicile, afin de recevoir des soins qui ne peuvent être prodigués à proximité ?
 
Quand la haute performance humaine et scientifique n’est pas disponible dans le giron immédiat des personnes malades, ces dernières doivent-elles renoncer à y accéder, faute de moyens financiers permettant leur hébergement sur place ?
 
La Collectivité Territoriale de Corse, nous le savons tous, n’a pas de compétences propres en matière de santé. Doit-elle s’interdire pour autant de considérer cette problématique, au regard des milliers de personnes concernées ?
Ma question sera donc la suivante :
 
Face au constat malheureux du taux de fuite élevé des Corses pour raisons médicales et compte tenu du fait que la situation ne pourra évoluer rapidement, bien que nous le souhaitions tous, quelles mesures pourrions-nous étudier pour faciliter la prise en charge sur le continent ?
 
Etes-vous prêts à susciter un groupe de travail, ou à prendre toutes initiatives utiles, autour de ce dossier ?
 
Je vous remercie."

In lingua corsa : Albergata di e famiglie alluntanate per ragiò medicale.

O Sgiò Presidente,

St’ultimi mesi, a CTC hà messu in dibattitu u Prughjettu reghjunale di Salute per u periodu 2012-2016 cum’è prupostu da l’ARS.
Stu raportu arricumanda in particulare u sviluppu di modi sustitutivi à l’uspitalisazione tutale.
 
In stu quadru, è di pettu à a mancanza di certi servizii sanitarii à nant’à l’isula, induve u percentuale di malati corsi for’di Corsica hè superiore assai à a media naziunale, e personne chì campanu in Corsica è chì si devenu fà curà à nant’à u cuntinente di modu ambulatoriu, durante parechji ghjorni, ùn anu d’altre scelte chè di circà una soluzione d’albergata sopra locu.
 
Di pettu à a malatia, devenu tandu fà fronte à prublematiche d’urganisazione di u viaghju è di gestione di u sughjornu.
 
Ste soluzione d’albergata costanu in furia assai assai, subitu ch’elli sò prutocoli longhi, cum’è per e chimiuterapie o e radiuterapie chì ponu durà à nant’à un mese, cù un trattamentu à ghjornu.
 
A Securità Suciale intervene tandu per ciò chì tocca à u trasportu ma micca per ciò chì tocca à l’albergata.
 
Esistenu in Corsica, cum’è à nant’à u cuntinente, associi in u duminiu sanitariu è suciale, è chì anu per vucazione di facilità a presa in cariga di personne chì partenu di l’isula per fà si curà à nant’à u cuntinente. Pensu in particulare à l’associu Inseme chì prupone soluzione d’aiutu o à A Marie-Do per i più cunnisciuti.
 
A Casa di a Felicità, in Nizza, hà dinù sta vucazione. Sta struttura assuciativa, creata in u 2000, prupone una albergata cù prezzi bassi (10€ à notte) à e personne trattate per e cure ambulatorie, chì stanu à distanza di i lochi di curamenti, è l’accolta di e famiglie chì si rendenu à nant’à u cuntinente per assiste o visità una personna uspitalizata.
 
Hè sustenita dapoi l’urigine da dunatori privati, associi in u duminiu di a salute è da l’istituzione sanitarie è suciale di l’Alpe Maritime è di a regione PACA.
 
In u 2012, a Casa di a Felicità hà arrigistratu 2541 nuttate. 1556 currispundianu à personne malate, o a famiglie di personne malate chì stavanu in Corsica, sia più di 60%.
 
À nant’à 714 nuttate ambulatorie, 586 nuttate currispundianu à famiglie corse, sia più di 70 %.
 
St’associu chì accoglie e personne trattate in cura ambulatoria, participeghja cum’è tante altre à e pulitiche di salute publica facilitendu assai  assai l’accessu à u curà.
 
U Codice di a Salute Publica acerta in priurità u drittu à a prutezzione di a salute è prevede chì l’attori sanitarii possinu aduprà tutti i mezi à dispusizione per a so messa in opera è à prò d’ogni personna. Pone dinù u drittu d’ognunu di riceve un curà in adequazione è di benefizià di terapie efficace assai.
 
Ùn tuccherà tandu à l’attori di salute publica  di prevede un modu d’albergata per e famiglie chì sò à distanza di a so casa da riceve curamenti chì ùn ponu esse dati à vicinu ?
 
Quandu l’alta perfurmanza umana è scientifica ùn hè micca dispunibule vicinu à e persone malate, ste persone deverianu rinunzià à avè ne accessu per mancanza di mezi finanziarii da permette l’albergata sopra locu ?
 
A CTC, a sapemu tutti, ùn hà micca cumpetenze in u duminiu di a Salute. Eppuru si deverebbe privà di cunsiderà sta publematica quandu chì millai di personne sò tocche ?
A mo quistione serà dunque quessa quì :
 
Di pettu per disgrazia à u custattu di u percentuale altu assai di i Corsi chì partenu for’di Corsica per ragiò medicale è tenendu contu di u fattu chì a situazione ùn puderà micca cambià in furia, puru s’è ognunu a spera, chì misure puderiamu studià per facilità a presa in cariga à nant’à u cuntinente ?
 
Site pronti à mette in piazza un gruppu di travagliu, o à piglià ogni inziativa utile in gir’à stu cartulare ?
 
À ringrazià vi."

Assemblea di Corsica, u 25 d'aprile di 2013 : Question orale de Jean-Christophe Angelini : Hébergement des familles éloignées pour raisons médicales.

REPONSE DE MARIA GUIDICELLI A LA QUESTION ORALE DE JEAN-CHRISTOPHE ANGELINI

"Monsieur le Conseiller,
 
Les  difficultés matérielles et morales engendrées par une l’hospitalisation de nos concitoyens sur le continent constituent un sujet sur lequel la Collectivité Territoriale de Corse se doit d’intervenir, bien que dépourvue de compétences comme vous l’avez fort justement rappelé.
 
J’ai ainsi déjà eu l’occasion, suite à la question orale posée par Mme FERRI-PISANI en 2011, d’indiquer la volonté de la Collectivité Territoriale de construire un dispositif global tenant compte des besoins réels des familles confrontées à ces situations.
 
Cette intervention comporte deux aspects :
 
  • la coordination des différents acteurs et intervenants en la matière (acteurs institutionnels et associatifs notamment), afin d’aboutir à un dispositif régional cohérent
  • la mise en place d’actions concrètes à développer dans deux domaines dans lesquels la situation n’est pas satisfaisante et fragilise encore plus les familles concernées : celui des transports et de l’hébergement auquel votre question fait référence.
 
Il est néanmoins opportun de préciser que le dispositif n’a, bien entendu, pas vocation à  conforter les «  fuites » de malades sur le continent, ce qui serait en effet  contraire aux efforts déployés par ailleurs par notre Collectivité pour améliorer la couverture et la qualité des soins sur l’île. L’objectif est de tenir compte d’une réalité vécue par de nombreux corses  pour la rendre plus supportable pour les familles qui y sont confrontées (près de 17 000 ententes préalables relatives à un transfert sur le continent sont accordées annuellement par l’assurance maladie sur la région).
 
Un groupe de travail a ainsi  été créé dans la perspective d’améliorer l’existant, de favoriser les complémentarités entre les différents acteurs et de proposer des actions concrètes sur des critères susceptibles d’aboutir à un dispositif partagé.
La commission du développement social a organisé deux réunions sur ce thème les 20 avril et 29 juin 2012 afin d’auditionner l’ensemble des acteurs œuvrant directement ou indirectement sur cette problématique parmi lesquels : les deux caisses primaires d’assurance maladie, la Mutualité sociale agricole, l’Agence régionale de santé, les services sociaux des hôpitaux, le secteur associatif…
 
            Ces travaux ont consisté à examiner les  modalités d’intervention de la Collectivité Territoriale en matière de transport et d’hébergement.
Le développement  d’un volet consacré à l’information de la population s’appuyant sur la mise en synergie des différents acteurs et intervenants en Corse et sur le continent a été identifié, dans le cadre de ces travaux, comme l’un des points clés du dispositif.
 
            Sur le premier point, la problématique des transports recouvre essentiellement la prise en charge du deuxième accompagnant pour les enfants hospitalisés et celle de l’hébergement a été étendue à l’ensemble des patients corses ainsi qu’aux membres de leur famille dès lors que les soins en dehors de l’île se justifient. Le développement de l’ambulatoire avec des soins à la journée sur des périodes souvent longues constituent, comme vous l’avez évoqué, une réalité qui a été prise en compte dans les réflexions qui ont été  menées.
 
            S’agissant du deuxième axe  de travail consacré à l’information de la population et à la coordination des différents acteurs, celui-ci s’avère tout à fait fondamental dans la mesure où il vise à améliorer les dispositifs existants et à créer des complémentarités entre les contributions des différents acteurs. L’objectif pour la Collectivité Territoriale est de veiller à ce que l’information soit centralisée et partagée  avec une attention particulière apportée aux mesures concrètes dédiées aux familles en cas d’hospitalisation d’un enfant sur le continent. Les associations que vous citez comme Inseme (auditionnée par la commission du développement social), la Marie Do ou d’autres encore, ont bien entendu toute leur place dans cette démarche.
 
            La construction de ce dispositif global d’accompagnement des patients hospitalisés sur le continent et de leurs familles est actuellement en cours de finalisation. Un rapport sur le sujet vous sera soumis à la session du mois de mai ou juin prochain.
 
            L’identification de modalités pertinentes d’intervention en matière de transport et d’hébergement a nécessité du temps afin de concilier des objectifs qui pouvaient paraître contradictoires et  permettre de sécuriser une intervention qui, au-delà des coûts financiers induits pour la Collectivité, doit être fondée sur des critères strictement médicaux.
 
            En matière d’hébergement, il est notamment prévu de conventionner avec des structures, essentiellement associatives  qui participent à l’accueil de patients corses et/ou de leurs familles en cas d’hospitalisation sur le continent. Si le soutien de ces établissements semble naturel  au regard de l’aide précieuse qu’ils incarnent pour de nombreux insulaires, le financement d’associations implantées sur le continent n’est, en théorie, règlementairement pas possible.
 
            A cet égard, l’intervention proposée doit permettre de participer au coût de fonctionnement de la structure tout en faisant apparaître un bénéfice direct pour les corses accueillis. L’idée est de calculer la subvention de la Collectivité à partir d’un forfait à la nuitée qui regrouperait une partie des coûts fixes de fonctionnement de l’association ainsi qu’une partie ou la totalité du reste à charge des personnes hébergées (patients et/ou accompagnants). La convention préciserait les justificatifs à fournir par l’association en fin d’année et le dispositif serait verrouillé en fonction de différents critères (hospitalisation ou soins ayant donné lieu à une entente préalable, limitation de la prise en charge à un accompagnant par patient excepté pour les enfants …). La Maison du bonheur qui a par ailleurs été auditionnée dans le cadre des réunions thématiques de la commission du développement social constitue une des structures qui a vocation à bénéficier d’un conventionnement dans le cadre de ce dispositif. D’autres structures y seraient éligibles, dans des proportions très variables au regard du nombre de corses hébergés. Une dizaine d’établissements ont ainsi été identifiés, essentiellement sur Marseille et Paris.
 
            Enfin, le volet information et mise en synergie des différents acteurs qu’entend développer la Collectivité doit bien entendu contenir un volet hébergement qui puisse faire état de tous les renseignements sur les lieux et les possibilités d’accueils. La mutualisation recherchée avec les associations doit également s’adresser aux établissements insulaires ainsi qu’aux établissements continentaux qui reçoivent des patients corses.
 
 
Vous l’aurez compris, la  réflexion sur les interventions que pourraient  développer la Collectivité Territoriale de Corse à destination des corses devant se rendre sur le continent pour raison médicale est pratiquement aboutie. Des mesures concrètes et nonobstant cohérentes avec la politique volontariste dans laquelle la Collectivité Territoriale s’est engagée sur l’île en matière santé seront prochainement soumises à votre examen.
 
Je vous remercie."
 
Femu a Corsica

Cantunale | Assemblea di Corsica | Cantunale 2011 | Assemblea di Corsica : Quistione à bocca | L'eletti | Assemblea di Corsica : Muzione | A lèttera | Elezzione | Attualità | Istituzioni | Législatives 2012 | Présidentielles françaises | Municipales Aiacciu 2015 | TARRITURIALI DI 2015 | U Filu di a Storia | Custruì una sucietà libera | Inizià u Riacquistu Ecunomicu | Elezzione legislative 2017