Femu a Corsica
Ghjovi u 25 d'Aprile 2013

Assemblea di Corsica, u 25 d'aprile di 2013 : Question orale de Gilles Simeoni : Arrêtés Miot


Assemblea di Corsica, u 25 d'aprile di 2013 : Question orale de Gilles Simeoni : Arrêtés Miot
" Monsieur le Président du Conseil Exécutif,
 
L’exigence du maintien du régime dérogatoire issu de l’arrêté Miot et son prolongement, l’obtention d’un statut fiscal spécifique, sont des revendications défendues avec force et constance par de nombreuses forces vives de ce pays, et ce pendant des décennies.
 
Femu A Corsica s’était engagé devant les Corses à en faire une priorité de l’actuelle mandature, eu égard notamment au risque de retour au droit commun prévu par la loi à l’échéance du 1er janvier 2013.
 
Eu égard à ce calendrier, notre Assemblée, par délibération votée à l’unanimité le 5 juillet 2012, a demandé le report au 31 décembre 2017 de ce délai, ceci pour nous laisser le temps de mener à bien nos travaux sur la mise en place d’un dispositif pérenne en la matière.
 
Le Conseil constitutionnel, par sa décision n° 2012-662 du 29 décembre 2012, a mis fin brutalement à notre droit acquis, alors même que, par exemple, il consacrait quelques semaines plus tard la spécificité de l’organisation du culte en Alsace.
 
Face à cette profonde injustice, aux effets économiques et sociaux cataclysmiques (notamment l’aggravation des spirales funestes de la dépossession et de la spéculation), l’indignation et les réactions de protestation ont été immédiates, et quasi-générales.
 
Pour sa part, Femu a Corsica a tenu à manifester symboliquement devant le Conseil Constitutionnel, avant d’engager une série de réunions publiques qui ont montré combien le peuple corse, dans la diversité de ses opinions, refusait d’accepter le sort inique qui lui était promis.
 
Nous avons également et naturellement rejoint, aux cotés d’autres forces politiques, économiques, et sociales, l’action du Collectif de la société civile, lequel a été le maître d’œuvre de la grande manifestation du 9 février à Bastia.
 
Enfin, notre Assemblée, conformément au rôle qui est le sien a, en tant que dépositaire des intérêts matériels et moraux du peuple corse, voté à l’unanimité encore, la délibération n° 13/015 du 7 février 2013.
 
Dans cette délibération, l’Assemblée de Corse demandait notamment au Premier Ministre de recevoir au plus tôt une délégation de l’Assemblée de Corse pour envisager ensemble les mesures à prendre.
 
Depuis lors, rien n’a évolué, ou très peu.
 
Le collectif a certes été reçu à deux reprises, ce dont nous nous réjouissons, bien évidemment.
 
Mais il est plus que temps que la représentation élue de la Corse obtienne, comme cela était prévu, des garanties politiques et juridiques, et ce au plus haut niveau de l’Etat.
 
Le silence actuel de l’Etat sur la question dite des arrêtés Miot, est en effet extrêmement inquiétant, et ce d’autant mieux qu’il s’ajoute à d’autres signaux particulièrement négatifs.
 
Je pense par exemple à la main active prêtée par les services de l’Etat aux opérations de déclassement de terres agricoles ou d’espaces remarquables.
 
Ou encore la déclaration du Premier Ministre prétendant que de grands changements pour la Corse n’étaient pas à l’ordre du jour : faut-il comprendre que Mr Ayrault peut imaginer que notre Assemblée travaille depuis trois ans sur le statut de la langue, le transfert de la compétence fiscale, la question foncière et le statut de résident pour rien ?
 
 Pour revenir à la seule question fiscale, mon propos, Monsieur le Président de l’Exécutif, est donc simple :
 
Il était prévu qu’une délégation de l’Assemblée de Corse soit reçue par le premier Ministre aux fins que nous soit donnée officiellement la garantie que la Corse ne retournerait pas au droit commun en matière de fiscalité de transmission des biens immobiliers.
 
Etes-vous d’accord pour que nous sollicitions et obtenions ce rendez-vous sans délai ?
 
Je vous remercie."

In lingua corsa : Arristati Miot

"O Sgiò Presidente di u Cunsigliu Esecutivu,
 
L’esigenza di u mantenimentu di u regime derugatoriu esciutu da l’arristatu Miot è a so prulungazione, l’ottensione di un statutu fiscale specificu, sò rivendicazione difese cù forza è custanza da parechje forze vive di stu paese è, ciò durante decennii.
 
Femu a Corsica s’era impegnatu davant’à i Corsi à fà ne una priurità di a mandatura attuale, vistu sopratuttu u risicu di vultà à u drittu cummunu previstu da a lege à u termine di u 1mu di ghjennaghju di u 2013.
 
Vistu stu calindariu, l’Assemblea nostra, da una deliberazione vutata à l’unanimità u 5 di lugliu di u 2012, hà dumandatu l’attimpà di stu termine à u 31 di dicembre di u 2017, ciò, per lascià si u tempu di avanzà per u megliu i nostri travaglii à nant’à a messa in piazza di un dispusitivu durevule in stu duminiu.
 
U Cunsigliu custituziunale, da a so decisione n°2012-662 di u 29 di dicembre di u 2012, hà messu fine d’un colpu à u drittu nostru acquistu, mentre chì, per un dettu, cunsacrava, unepoche di settimane dopu, a specificità di l’urganisazione di u cultu in Alsassa.
 
Di pettu à sta prufonda inghjustizia à l’effetti ecunomichi è suciali sprupositati (sopratuttu a crescita di a spirale di spusessu è di speculazione), sdegnu è reazzione di prutesta sò nati subitu è à livellu guasgi generale.
 
In quantu à Femu a Corsica, hà tenutu à manifestà di modu simbolicu davant ‘à u Cunsigliu custituziunale, nanzu d’impegnà si in una seria di reunione publiche chì anu mustratu quantu u populu corsu, in a diversità di e so opinione, ricusava d’accittà a sorte iniquia chì l’era riservata.
 
Emu dinù è di modu spuntaneu participatu, à cant’à d’altre forze pulitiche, ecunomiche è suciale, à l’azzione di u Cullettivu di a sucetà civile, chì hè statu u maestru d’opera di a manifestazione maiò di u 9 di ferraghju in Bastia.
 
Infine, a nostra Assemblea, cunforma à u rolu soiu, hà in tantu chè depusitaria di l’interessi materiali è murali di u populu corsu, vutatu torna à l’unanimità, a deliberazione n°13/015 di u 7 di ferraghju di u 2013.
 
In sta deliberazione, l’Assemblea di Corsica dumandava in particulare à u Primu Ministru di riceve in furia in furia una delegazione di l’Assemblea di Corsica da riflette inseme à misure da piglià.
 
Dapoi, nunda hè cambiatu, o pocu affare.
 
U culletivu di sicuru hè statu ricevutu duie volte è ciò ben’intesa ci face assai piacè.
 
Ma avà hè più chè tempu chì a ripresentazione eletta di a Corsica appia, cum’ella era prevista, garanzie pulitiche è ghjuridiche, è ciò, à u più altu livellu di u Statu.
 
U silenziu attuale di u Statu à nant’à a quistione detta di l’arrestati Miot in fattu ci impenserisce assai moltu più chì ci sò d’altri segni negativi negativi.
 
Pensu per un dettu à a manu attiva data da i servizii di u Statu per l’uperazione di a sclassifica di terre agricule o di spazii assignalati.
 
O dinù a dichjarazione di u Primu Ministru chì dice chì cambiamenti maiò ùn sò micca à l’ordine di u ghjornu per a Corsica : ci vole à capì chì J.M. Ayrault si figureghja chì l’Assemblea nostra travaglia dapoi trè anni à nant’à u statutu di a lingua, u trasferì di a cumpetenza fiscale, a quistione fundaria è u statutu di residente per nunda ?
 
Per vultà à a sola quistione fiscale, u mo discorsu, o Sgiò Presidente di l’Esecutivu, hè dunque simplice :
 
Era prevista chì una delegazione di l’Assemblea di Corsica sia ricevuta da u Primu Ministru da ch’ellu ci sia datu di modu officiale a garanzia chì a Corsica ùn vulterebbe micca à u drittu cummunu in u duminiu di a fiscalità di trasmissione di i bè immubiliarii.
 
Site d’accunsentu per sullicità è ottene st’appuntamentu u più in furia pussibule ?
 
À ringrazià vi."

Assemblea di Corsica, u 25 d'aprile di 2013 : Question orale de Gilles Simeoni : Arrêtés Miot

REPONSE DE PAUL GIACOBBI A LA QUESTION ORALE DE GILLES SIMEONI

         "Monsieur le Conseiller à l’Assemblée de Corse,
 
         Vous avez appelé une nouvelle fois mon attention sur la problématique se rapportant à la prorogation du régime fiscal applicable aux successions comportant des biens et des droits immobiliers situés en Corse, plus connue sous le vocable “Arrêtés Miot”.
 
         J’entends fort bien votre propos par lequel vous m’indiquez que le groupe politique auquel vous appartenez, s’est engagé fortement sur ce dossier sensible.
 
         Permettez-moi d’ajouter qu’il n’est pas le seul tant cette question fait, avec des divergences de vue et d’appréciation certes, l’unanimité au sein de la classe politique insulaire.
 
         S’agissant des moyens employés, chacun demeure libre de ses choix. Pour ma part, je ne suis pas convaincu que les gesticulations médiatiques apportent une contribution décisive dans le règlement de cette affaire. Elles me paraissent même, à maints égards, contreproductives, d’autant que certaines revendications ou affirmations consistant à agiter des peurs, n’ont aucun fondement réel.
 
         En tout état de cause, permettez-moi de rappeler qu’à titre personnel, je me suis pleinement investi pour infléchir le cours des choses. Tout récemment et avant le vote de la loi de finances, j’avais saisi le Premier ministre par un courrier que j’ai rendu public et j’avais aussi déposé un amendement afin que le dispositif fasse l’objet d’une prorogation. Celui-ci avait été adopté, hors Monsieur de COURSON, par l’ensemble des députés, le gouvernement y adhérant pleinement pour ce qui le concernait.
 
         Nul ne pouvait imaginer que le Conseil constitutionnel, saisi par des sénateurs et des députés dont les trois autres députés insulaires horsmis moi-même, allait censurer cette disposition, pourtant largement appuyée en substance par le gouvernement considéré, lequel n’a pas manqué de mettre en avant des éléments comme la crise de l’immobilier et du logement ou la situation juridique en matière cadastrale.
 
         C’est là l’occasion de vous dire combien nous avons bénéficié de l’appui et du soutien de Jean-Marc AYRAULT et de ses collègues dans ce dossier.
 
         Par ailleurs, cette décision de la Haute Juridiction a surpris les plus éminents constitutionnalistes qui ont jugé son caractère “elliptique”.
 
         Ceci étant et vous le savez, j’ai moi-même abordé ce sujet avec le chef du gouvernement mais aussi au plus haut niveau de l’Etat lors d’entretiens.
 
         Il convient également de souligner qu’un groupe de travail auquel nous participons par l’intermédiaire de José COLOMBANI réfléchit sur les voies et moyens de trouver une issue favorable.
 
         J’en viens à votre question précisément.
 
         Effectivement, l’Assemblée de Corse avait délibéré le 7 février dernier sollicitant une entrevue auprès du Premier ministre dont la venue en Corse était annoncée, auquel cas cette rencontre aurait pu avoir lieu ici.
 
         Cette visite ayant été reportée, je partage volontiers votre avis par lequel il y a lieu de solliciter un nouveau rendez-vous.
 
         Je vous remercie."
Femu a Corsica

Cantunale | Assemblea di Corsica | Cantunale 2011 | Assemblea di Corsica : Quistione à bocca | L'eletti | Assemblea di Corsica : Muzione | A lèttera | Elezzione | Attualità | Istituzioni | Législatives 2012 | Présidentielles françaises | Municipales Aiacciu 2015 | TARRITURIALI DI 2015 | U Filu di a Storia | Custruì una sucietà libera | Inizià u Riacquistu Ecunomicu | Elezzione legislative 2017