Femu a Corsica
Ghjovi u 23 di Maghju 2013

Affaire dite du soutien à Yvan Colonna : Femu a Corsica renouvelle son entier soutien politique et sa solidarité fraternelle aux condamnés


Affaire dite du soutien à Yvan Colonna : Femu a Corsica renouvelle son entier soutien politique et sa solidarité fraternelle aux condamnés
Dans l’affaire dite du « soutien à Yvan Colonna », la Cour d’appel de Paris a choisi d’aggraver les qualifications et les peines prononcées en première instance, et ce dix ans après les faits.

Elle a d’une part considéré que l’aide apportée à Yvan Colonna devait êtreconsidérée comme un acte "terroriste", qualification qui n’avait pas été retenue par les premiers juges.

Elle a d’autre part choisi d’ajouter aux lourdes peines d’emprisonnement avec sursis prononcées en première instance des peines complémentaires, inéligibilité de cinq ans pour Patrizia GATTACECA (la privant ainsi de son mandat de conseillère municipale de Bastia), interdiction d’exercer une partie de son activité professionnelle pendant la même durée pour Marc SIMEONI.

Les débats permettaient de prévoir ce résultat, puisque l’Avocate Générale notamment s’était laissé allé plusieurs fois à l’audience à des commentaires outranciers, indiquant par exemple, à propos de l’enterrement d’un militant nationaliste décédé : « Je rassure la Cour, il est mort d’un accident de moto ! Comme quoi, on ne meurt pas que sous les chevrotines en Corse… ».

Dans ce dossier comme dans nombre d’autres affaires à caractère politique, les juridictions anti-terroristes continuent donc de confondre
justice et vengeance d’Etat.

FEMU A CORSICA en prend politiquement acte.

Cette volonté répressive prospère dans ce cas précis au prix de raisonnements juridiques plus que critiquables : le texte du recel de malfaiteur prévoit de punir uniquement ceux qui ont hébergé le « coupable » de faits criminels .

Or, à l’époque des faits, Yvan Colonna était présumé innocent !

Au delà de ces discussions techniques, reste le constat : des Corses honnêtes, travailleurs, estimés, ont été incarcérés, poursuivis pendant dix ans devant des juridictions d’exception, et lourdement condamnés, parce qu’il leur était reproché d’avoir ouvert leur porte à un homme traqué, condamné avant d’être jugé, et qui, aujourd’hui encore, s’affirme innocent.

C’est sans doute ce que certains appelleront une justice exemplaire...

FEMU A CORSICA leur renouvelle son entier soutien politique et sa solidarité fraternelle.

Femu a Corsica


Dans la même rubrique :
< >

Dumenica u 15 d'Utrovi 2017 - 20:00 Femu a Corsica hè natu

Venari u 15 di Sittembre 2017 - 20:00 ARRESTATION DE FRANCK PAOLI

Màrcuri u 30 d'Aostu 2017 - 14:17 SCRIZZIONE A FEMU A CORSICA

Cantunale | Assemblea di Corsica | Cantunale 2011 | Assemblea di Corsica : Quistione à bocca | L'eletti | Assemblea di Corsica : Muzione | A lèttera | Elezzione | Attualità | Istituzioni | Législatives 2012 | Présidentielles françaises | Municipales Aiacciu 2015 | TARRITURIALI DI 2015 | U Filu di a Storia | Custruì una sucietà libera | Inizià u Riacquistu Ecunomicu | Elezzione legislative 2017