Femu a Corsica
Venari u 30 di Marzu 2012

Venue de Monsieur François Hollande en Corse : la réaction de Femu A Corsica


Venue de Monsieur François Hollande en Corse : la réaction de Femu A Corsica

François Hollande était en Corse les 24 et 25 mars dernier. L’occasion lui était donnée de se positionner par rapport aux attentes et aspirations des Corses, telles qu’elles se sont notamment exprimées à travers le vote des territoriales de mars 2010 : 26% des voix en faveur de Femu a Corsica, 36% de vote nationaliste, et à gauche comme à droite, une marginalisation évidente de ceux qui, historiquement, incarnent l’immobilisme et le conservatisme. De même, François Hollande avait à faire connaître sa position sur les suites qu’il entend donner aux chantiers majeurs engagés depuis deux ans à l’Assemblée de Corse en matière de foncier, de statut de la langue, de transfert de la compétence fiscale, d’élargissement des compétences de la CTC. Son discours a été marqué par une fermeture totale :


- NON au statut de résident, malgré l'urgente nécessité encore de répondre à l'entreprise de dépossession de la terre et du patrimoine des Corses, et malgré un concept largement répandu en Europe.

- NON à la coofficialité de la langue corse, pourtant votée à une très large majorité par l'Assemblée de Corse le 29 juillet dernier !

- NON au transfert de la compétence fiscale, et donc au maintien des arrêtés Miot, cette question étant uniquement susceptible d’être abordée dans le cadre d'une réforme encore une fois générale et qui ne tient pas compte de nos acquis historiques.

- NON à toute évolution institutionnelle, la Corse étant promise au même traitement que l'ensemble des régions françaises.

- NON à la réforme constitutionnelle, ceci alors même que le Président du Conseil exécutif de Corse , interrogé par FEMU A CORSICA dans le cadre d’une question orale posée à l’Assemblée de Corse le 1er décembre 2011, avait clairement indiqué que celle-ci était indispensable pour concrétiser les réformes sur lesquelles l’Assemblée travaille depuis deux ans.

-  PAS DE RÉPONSE officielle à notre lettre ouverte aux candidats, particulièrement concernant la reconnaissance juridique du peuple corse et la nécessité d'engager un règlement politique de la question corse.

François Hollande méprise donc ouvertement une force politique qui, lors des dernières élections,  a recueilli les suffrages de plus d’un Corse sur quatre.

Plus grave encore, il déçoit toutes celles et tous ceux qui, bien au delà des seuls nationalistes, pensaient qu’il pouvait incarner l’espoir d’un véritable changement et l’alternative à une situation de blocage et de conflit dont les Corses veulent sortir.

François Hollande est-il bien informé de la situation politique corse ? S’est-il laissé abuser par la frange la plus conservatrice de ses soutiens locaux, dont les conceptions rétrogrades sont aux antipodes de ce que veut la grande majorité des Corses ? Il lui reste un mois pour, s’il le souhaite, faire évoluer son discours de candidat sur la Corse.

En ce qui concerne Femu a Corsica, nous restons plus que jamais persuadés que seul le rapport de force politique peut conduire l’Etat à prendre en compte les aspirations de la Corse. Nous appelons donc les Corses à se mobiliser dès le mois de juin prochain pour soutenir nos candidats à l'élection législatives et ainsi permettre l’élection de députés nationalistes corses à l'Assemblée nationale.


1_2_decembre_2011_question_orale_posee_par_gilles_simeoni_au_nom_du_groupe_femu_a_corsica_relative_a_l__evolution_institutionnelle_de_la_corse_1.pdf 1-2 décembre 2011 Question orale posée par Gilles Simeoni au nom du groupe Femu a Corsica relative à l'évolution institutionnelle de la Corse.pdf  (62.85 Ko)

Femu a Corsica

Cantunale | Assemblea di Corsica | Cantunale 2011 | Assemblea di Corsica : Quistione à bocca | L'eletti | Assemblea di Corsica : Muzione | A lèttera | Elezzione | Attualità | Istituzioni | Législatives 2012 | Présidentielles françaises | Municipales Aiacciu 2015 | TARRITURIALI DI 2015 | U Filu di a Storia | Custruì una sucietà libera | Inizià u Riacquistu Ecunomicu | Elezzione legislative 2017