Femu a Corsica

MUZIONE DI MATTEA CASALTA È MARCELLU CESARI : MOYENS HUMAINS ET FINANCIERS DE L’AGENCE DE L’EAU

Assemblea di Corsica : Muzione

COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE - ASSEMBLEE DE CORSE 2EME SESSION ORDINAIRE DE 2017 - REUNION DES 26 ET 27 OCTOBRE 2017 - MOTION N° 2017/O2/059 - MOTION AVEC DEMANDE D’EXAMEN PRIORITAIRE - DEPOSEE PAR : Mme Mattea CASALTA et M. Marcel CESARI AU NOM DU GROUPE « FEMU A CORSICA ». - CONSIDERANT le rôle prépondérant de l’Agence de l’Eau dans l’amélioration de la gestion de l’eau, la lutte contre les pollutions et la protection des milieux aquatiques, dans une île confrontée aux difficultés liées au changement climatique, CONSIDERANT que la Corse est actuellement régie par l’Agence de l’Eau regroupant les régions Rhône – Méditerranée – Corse, CONSIDERANT que l’Agence de l’Eau, pour remplir pleinement ses rôles, doit impérativement disposer de moyens humains et financiers en rapport avec l'action de rattrapage en matière d'aménagements, notamment dans le rural, CONSIDERANT les arbitrages ministériels annoncés par le ministre d’Etat, Nicolas HULOT, et inscrits dans le projet de loi de finances 2018 adoptés le mercredi 27 septembre 2017 en Conseil des ministres, qui réduisent considérablement les actions du 11ème programme, CONSIDERANT la motion, annexée à cette motion, adoptée, à l’unanimité par le comité de bassin de Corse réuni en séance plénière le 11 octobre 2017, L’ASSEMBLEE DE CORSE DEMANDE au Conseil Exécutif d’appuyer la motion adoptée par le comité de bassin le 11 octobre 2017. MANDATE donc le Président du Conseil Exécutif pour défendre les requêtes du...  

DUMANDA À BOCCA, POSTA DA GHJUVANNI BIANCUCCI : MISE EN OEUVRE DU PADDUC

Assemblea di Corsica : Quistione à bocca

SICONDA SESSIONE URDINARIA DI U 2017 - RIUNIONE I 26 E 27 D’UTTOBRE -  2EME SESSION ORDINAIRE DE 2017 - REUNION DES 26 ET 27 OCTOBRE - QUESTION ORALE N° 2017/O2/061 Monsieur le Président, C’est à la fois le conseiller territorial mais aussi le militant qui vous parle. Depuis une cinquantaine d’année nous n’avons eu de cesse, nous nationalistes corses, de dénoncer la mise à l’encan de notre terre et la spéculation foncière et immobilière qui en découlent. Depuis une cinquantaine d’année nous n’avons eu de cesse de combattre tous ceux qui considéraient la terre comme une simple marchandise. ll nous est arrivé le plus souvent de prendre toutes nos responsabilités face au pouvoir d’Etat et aux complices clanistes. C’est aussi pour cela que nous avons de bout en bout soutenu puis voté le PADDUC. De ce fait et qu’on le veuille ou non, nous avons aujourd’hui la garantie que certaines dérives ne sont plus possibles. Pour autant, et c’est aussi le maire qui vous parle, nul n’ignore que son application strictement mécanique est impossible. Depuis 2014 et le vote de la loi ALUR qui s’ajoute aux lois montagne et littoral, les choses se sont singulièrement compliquées et l’élaboration d’un PLU devient un exercice difficile. Monsieur le Président, les maires et les communes ont besoin d’éclaircissements. Ainsi que vous le déclarez : « nous préférons faire œuvre de pédagogie mais aussi de soutien… » Pouvez-vous nous préciser votre pensée ? Merci, Retrouvez la...  

MUZIONE DI LAUDA GUIDICELLI A NOME DI FEMU A CORSICA È CORSICA LIBERA : SITUATION EN CATALOGNE

Assemblea di Corsica : Muzione

COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE - ASSEMBLEE DE CORSE 2EME SESSION ORDINAIRE DE 2017 - 21 ET 22 SEPTEMBRE 2017  Vu l’article 1.2 de la Charte des Nations-Unies du 26 juin 1945 Vu l’article 10 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme de 1950 Vu les article 2 et 3 du Traité sur l’Union européenne Vu l’article 4 du Traité sur l’Union européenne Considérant que la paix et la démocratie sont les valeurs fondamentales et constituent le bien le plus précieux de tout homme libre ; Considérant que les libertés d’opinion et d’expression sont des libertés fondamentales reconnues à tout citoyen européen ; Considérant que la méconnaissance de la liberté d’opinion et d’expression conduit à fissurer les garanties démocratiques ; Considérant que le Conseil de l’Europe a été fondé pour protéger l’Etat de droit et la démocratie ; Considérant que l’Union européenne a été fondée en 1957 pour éviter les conflits et protéger la liberté, la démocratie et les droits fondamentaux ; Considérant le principe de non-ingérence et de souveraineté des Etats ; Considérant que si les Etats de l’Union européenne doivent être respectés dans leur intégrité territoriale, ces derniers sont tenus de respecter le droit international, le droit européen et les droits fondamentaux ; Considérant la situation évolutive et préoccupante de la Catalogne ; Considérant la légitimité incontestable du Gouvernement de la Catalogne, élu par le peuple et disposant d’une...  

MUZIONE DI MURIEL FAGNI È PAUL-ANDRE COLOMBANI : DEMANDE A L’ETAT DE PRÉSERVER PRIORITAIREMENT LES CONTRATS AIDÉS

Assemblea di Corsica : Muzione

COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE _ ASSEMBLEE DE CORSE 2EME SESSION ORDINAIRE DE 2017 21 ET 22 SEPTEMBRE 2017 MOTION N° 2017/O2/053 - CONSIDERANT que les contrats aidés constituent une mesure sociale financée par le budget de l’Etat, CONSIDERANT que les contrats aidés ont pour objectif l’insertion professionnelle de personnes qui sont éloignées du marché de l’emploi pour des raisons structurelles, CONSIDERANT que le Gouvernement a annoncé vouloir diminuer d’environ un tiers le nombre de contrats aidés sur l’ensemble des territoires qu’il administre, faisant passer le volume de ces contrats d’environ 459 000 à 310 000 unités, CONSIDERANT que les contrats aidés permettent aux collectivités territoriales de dimension modeste et aux structures associatives locales de s’assurer le concours de moyens humains afin de garantir des services minimaux d’intérêt général qu’elles n’auraient pas les capacités de financer par elles-mêmes, CONSIDERANT que le nombre de contrats ai-dés financés par l’Etat en Corse ne dépasse pas plus de 2000 unités, CONSIDERANT que la non reconduction, sans concertation préalable, de ces 2000 contrats aidés et l’absence de mesures transitoires visant à accompagner leur suppression confronteraient de nombreuses communes, intercommunalités et MOTION AVEC DEMANDE D’EXAMEN PRIORITAIRE associations reconnues d’intérêt général, à une carence imposée que la faiblesse de leurs moyens financiers ne leur permettra pas de surmonter en vue de garantir la...  

DUMANDA À BOCCA, POSTA DA PAULU SANTU PARIGI : GESTION DE LA RESSOURCE EN EAU SUITE A LA SECHERESSE 2017

Assemblea di Corsica : Quistione à bocca

COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE - ASSEMBLEE DE CORSE 2EME SESSION ORDINAIRE DE 2017 - 21 ET 22 SEPTEMBRE 2017 - QUESTION ORALE N° 2017/O2/057 Monsieur le Président,  Pour notre île, cette année 2017 constitue désormais la référence en matière de sécheresse et dépasse, à plusieurs titres, le millésime 2003. Cette année pose l’enjeu lié à l’eau comme une priorité absolue. Les effets du changement climatique sont évidents, des étiages prolongés, l’absence de précipitations conséquentes depuis le début du printemps, sans compter, pour le futur, la crainte de crues. Certes, nous sommes conscients que cette question dépasse largement le cadre actuel de l'action de l'OEHC.  Je me fais quand même ici le porte-parole d’élus locaux du rural ayant vécu avec anxiété la période estivale, parfois confrontés à des problèmes d'alimentation en eau potable, totale ou partielle. Je pense aussi aux exploitations agricoles, souvent en difficulté d’approvisionnement dans des zones de montagne ou de plaine, et situées en dehors des réseaux hydrauliques de l'OEHC. Monsieur le Président, vous aviez dit, lors de la projection du Plan de Bassin d'Adaptation au Changement Climatique, que la Corse avait oublié l'année 2003 dès les premières pluies de l'automne, et qu'il ne faudrait pas oublier, de la même manière, l'année 2017. Avec la même détermination, j’en fais de même aujourd’hui. L’année 2017 doit devenir celle de notre volonté d’adapter la Corse au changement...  

DUMANDA À BOCCA, POSTA DA GHJUVANNI BIANCUCCI : REALISATION DU PROJET DE CONSERVATOIRE DU FIGUIER MEDITERRANEEN

Assemblea di Corsica : Quistione à bocca

COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE - ASSEMBLEE DE CORSE 2EME SESSION ORDINAIRE DE 2017 - 21 ET 22 SEPTEMBRE 2017 - QUESTION ORALE N° 2017/O2/056 Monsieur le Président de l'Exécutif, Il y a quelques jours, quatre pour être précis, s'est tenue à Peri la XIVème "Fiera di u Ficu". De nouveau, comme les années précédentes, le succès populaire a été au rendez-vous et l'arbre et le fruit ont été célébrés comme il se doit. Pour autant, le Foyer Rural de Peri, animateur infatigable de cette manifestation, est toujours en attente de la réalisation du projet de Conservatoire du Figuier Méditerranéen, projet initié il y a plus de 10 ans. En effet, dès 2008, puis par une conférence de presse, in situ, le 4 novembre 2009, à laquelle participaient de nombreux élus dont le Président de l'Office de l'Environnement Monsieur Polverini, le dossier était rendu public. Présentant un triple objectif, il portait à la fois sur la nécessité d'effectuer un recensement afin d’établir un répertoire précis des variétés, d’assurer la préservation des différentes souches identitaires et de remettre en lumière la symbolique culturelle du figuier en Méditerranée. Pour ne rien oublier, il faut que vous sachiez que, dès 2002, l'OEC était intervenu pour une étude portée à l'époque par le GAL "i trè Valli" de Leader+. Depuis, plus rien n'a bougé et ce malgré une interpellation dans cette même enceinte de Pierre Ghionga le 3 mai 2011. En effet, ce dernier, en réponse à ma question orale, tout en...  
1 2 3 4 5 » ... 78



Scrizzione à a newsletter

Ricerca